Une exceptionnelle saison culturelle de l’Institut français du Maroc
19 février 2018
Fadwa Misk (370 articles)
0 Commentaire
Partager

Une exceptionnelle saison culturelle de l’Institut français du Maroc

L’Institut français du Maroc a dévoilé sa saison culturelle 2018, ce mardi 13 février, au Sofitel Tour Blanche à Casablanca. Une année culturelle exceptionnelle s’annonce !

L’Institut français du Maroc fait sa fête à la culture en 2018. Le programme dense, fait de nouveautés et de rendez-vous incontournables, est distillé selon un agenda serré. 30 événements majeurs, déclinés en 200 jours de spectacles vivants, 500 projections de films, 300 jours d’expositions et 100 jours de rencontres et de débat. Preuve, s’il en faut, de l’intention de l’institution de marquer le paysage culturel au Maroc. «La diplomatie culturelle française se porte bien cette année. Pendant pas mal d’années, les crédits baissaient. Cette année les crédits ont été consolidés et ont même connu une légère hausse. C’est un signal très fort de l’intérêt que portent les hautes autorités françaises au dialogue culturel international, mais en particulier à un pays comme le Maroc», explique Jean-Maroc Berthon, directeur de l’Institut français au Maroc, qui a rappelé que l’institution constitue le plus grand réseau d’instituts français au monde.

Un monde ouvert

Si l’ouverture est inscrite dans l’ADN même de la culture, il n’est jamais superflu de le rappeler. A cet effet, le thème de la saison culturelle n’est autre qu’«Un monde ouvert». «Un monde ouvert aux échanges, à la circulation des talents, de l’innovation, aux coopérations, aux solidarités élargies. Il va sans dire que nos deux pays ont fait le choix de cette ouverture dans un environnement international où dominent le repli, la tentation de l’enfermement, de la crispation identitaire. Il nous a semblé important de souligner cela et d’accompagner par une programmation adéquate», explique Berthon.

Aussi, la programmation est caractérisée par ce fort brassage des genres et des thèmes, ainsi que par la primauté de la rencontre et de la collaboration entre artistes et intellectuels marocains et français. La participation française au Salon international de l’édition et du livre en donne déjà un avant-goût, avec un panel d’auteurs de l’Hexagone en dialogue avec des écrivains du Maroc. A l’occasion, une conférence sera donnée le 17 février, par Leila Slimani et Kamel Daoud, à la Bibliothèque nationale du Royaume du Maroc. Aux rencontres et débats habituels, s’ajouteront des conférences du Collège de France et les dialogues de Marrakech.

Côté arts vivants, le théâtre et la danse vont accaparer la scène, avec des spectacles classiques, notamment de la Comédie-Française, mais également d’œuvres insolites, brassant les genres, tels que «Franz, pianiste et clown de concert».

Les arts visuels seront particulièrement mis en avant à travers une exposition du Centre Georges Pompidou autour de la Méditerranée, qui aura lieu au Musée d’Art contemporain et moderne. Le cinéma français sera encore une fois à l’honneur durant le festival qui se tiendra en octobre.

Côté musique, tous les publics seront contentés grâce à des événements comme les récitals classiques, les Nuits du Ramadan, la nuit électronique, Anmoguar N Jazz, ou encore le Chant des Colibris, initié par Pierre Rabhi, ainsi que la première édition de Marocfolies, festival autour de la chanson française.

Un aperçu plus détaillé du programme est disponible sur le site de l’institut. A surveiller, également, les appels à candidature pour les différentes résidences artistiques mis en ligne au fur et à mesure.

Commentaires

0 Commentaire Soyez le premier à donner votre avis

Commentez cet article

Your data will be safe! Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *