Tarwa N’tiniri : le desert blues pour atteindre l’international
26 septembre 2017
Lavieeco (23618 articles)
0 Commentaire
Partager

Tarwa N’tiniri : le desert blues pour atteindre l’international

Tarwa N’tiniri est l’un des groupes finalistes du Tanjil, concours de jeunes talents organisé en marge du festival Tanjazz.

Comment définissez-vous votre style ?

Nous sommes adeptes du Desert Blues. Une musique émanant du Sahara avec l’ambition de faire connaître la culture du Sud. Et vu que le Maroc dispose également de ses tribus nomades et de sa propre culture sahraouie, nous avons décidé de fonder un groupe avec un style propre au Desert blues marocain.

Votre musique est certes imprégnée par la culture locale, mais elle est très moderne. Quelles ont été vos influences ?

Nous avons été fortement imbibés par la musique et la culture touareg, notamment du groupe Tinariwen qui constitue une école dans le genre. Mais nous avons aussi des influences blues et rock, comme Eric Clapton ou Chuck Berry. Ou encore marocaine comme Ribab Fusion et Oum. Cela dit, nous écoutons de tout : reggae, rock, blues, jazz…

Est-ce un style répandu parmi les jeunes musiciens du Sud ?

Il est vrai que le style est assez limité à quelques groupes amateurs au sud-est du Royaume et malheureusement peu médiatisé. Malgré l’existence de quelques festivals locaux qui mettent en valeur les musiques sahariennes et touareg. En Europe, par contre, il y a une sorte d’engouement pour le style. Je pense que c’est une question de temps et d’effort, pour que le genre emboîte le pas au style gnaoua, devenu aujourd’hui international.

Comment avez-vous entamé votre carrière ?

Nous avons commencé notre musique comme des jeunes amateurs, performants dans des associations culturelles dans le sud du Maroc. C’est là que nous avons formé notre groupe, puis commencé à composer notre propre musique. Dès 2014, nous avons commencé de tourner dans des festivals de façon professionnelle.

Et vous êtes finalistes au Tanjil. Une consécration ?

Nous sommes très heureux d’être finalistes du Tanjil. Nous avons acquis une grande expérience en montant sur une scène aussi imposante et en fréquentant des artistes venus du monde entier. C’est déjà une consécration pour nous et pour tous les jeunes groupes participant au Tanjil.

Commentaires

0 Commentaire Soyez le premier à donner votre avis

Commentez cet article

Your data will be safe! Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *