Coup d’envoi du 2ème Festival culturel de la région de Casablanca-Settat
21 février 2018
Lavieeco (25050 articles)
0 Commentaire
Partager

Coup d’envoi du 2ème Festival culturel de la région de Casablanca-Settat

Le coup d’envoi de la 2ème édition du Festival culturel de la région de Casablanca-Settat a été donné, mardi soir, dans la métropole, au cours d’une cérémonie solennelle traduisant la diversité culturelle et religieuse du Royaume.

En présence d’un parterre de personnalités marocaines et étrangères, d’artistes, de diplomates et autres acteurs de la société civile, l’Association des anciens élèves casablancais a coupé le ruban de ce rendez-vous tenu, cette année, sous le thème « La contribution et l’empreinte des juifs berbères à la mosaïque culturelle du Maroc ».

M. André Azoulay, Conseiller de SM le Roi Mohammed VI, a indiqué, à cette occasion, que ce festival « offre à chacun la possibilité de fêter, de reconnaitre et de partager des moments rares et précieux dans un temps où les valeurs spirituelles, religieuses et culturelles désertent beaucoup de rivages autour de nous ».

« Nous sommes certes dans un temps et dans un monde meurtris par la régression et la rancune, mais nous, Marocains, sommes conscients qu’on est une grande nation et une grande civilisation qui respecte les valeurs de tolérance et de convivialité, les fondamentaux civilisationnels et l’identité culturelle du Royaume », a souligné M. Azoulay.

Abordant l’histoire du judaïsme au Maroc, le Conseiller de SM le Roi a rappelé que le judaïsme « est profondément enraciné dans notre histoire puisqu’il remonte à plus de 3000 ans, notant que le Souverain s’est engagé à maintenir cette histoire en vie ».

« SM le Roi Mohammed VI a pris une place dans l’histoire en soumettant à l’approbation du peuple marocain la Constitution de 2011 qui édicte que l’unité du Maroc, forgée par la convergence de ses composantes arabo-islamique, amazighe et saharo-hassanie, s’est nourrie et enrichie de ses affluents africain, andalou, hébraïque et méditerranéen », a-t-il relevé. De son côté, Thami Bennasser, président de l’Association des anciens élèves casablancais, a soutenu que l’attachement des Marocains à leurs traditions, à leurs fondements spirituels et religieux et aussi à leur propre identité nationale arabo-amazighe « n’est pas le fait du hasard mais plutôt une donne qui a toujours préexisté et continue à perdurer ».

L’organisation de ce festival, qui prévoit entre autres des conférences-débats, projection de films, expositions et spectacles musicaux, s’assigne pour but d’insuffler une dynamique festive, originale et durable dans les annales culturelles de la ville de Casablanca, a ajouté M. Bennasser.

Pour Serge Berdugo, secrétaire général du Conseil des communautés juives du Maroc, le caractère multiculturel de la ville de Casablanca témoigne que « le vivre ensemble dans un cadre de tolérance de paix et cohabitation est possible ».

Pour sa part, Mustapha Bakkoury, président de la région Casablanca-Settat, a mis l’accent sur l’impératif de sauvegarder et de défendre l’héritage multiculturel marocain qui donne un sens à la diversité qui caractérise la culture du Royaume.

« Il est primordial de transmettre les valeurs de tolérance, du respect, de paix et de cohabitation et de convivialité à nos enfants et aux générations futures », a insisté M. Bakkoury.

La cérémonie d’ouverture de la 2ème édition du Festival culturel de la région de Casablanca-Settat a été marquée par la présence de plusieurs personnalités, entre autres, le wali de la région Casablanca-Settat, Abdelkbir Zahoud, le grand rabbin de Casablanca, ainsi que des diplomates, artistes et écrivains.

Commentaires

0 Commentaire Soyez le premier à donner votre avis

Commentez cet article

Your data will be safe! Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *