Votre argent

Pour les analystes, il y aurait une stabilité de l’aversion au risque des investisseurs n L’approche utilisée tient compte du contexte politique et du manque d’ouverture et d’opportunités du marché marocain. Depuis 2011, la prime de risque du marché a baissé de 3,7 points.

L’évolution du marché au premier semestre était moins bonne que prévu. Pourtant, tous les facteurs qui ont boosté le Masi en 2016 sont toujours d’actualité. L’impact du retard de formation du gouvernement devrait se dissiper après les vacances d’été.

L’encours des TCN a augmenté mais la production a fortement baissé. Cette année, l’intérêt des émetteurs est porté sur d’autres instruments.

Le secteur financier arrive en troisième position en termes de réclamations, après les télécoms et l’immobilier. Les relations clients/organismes financiers ne sont toujours pas équilibrés. Les associations dans l’attente du pouvoir d’ester en justice.

Les contrats diffèrent d’une compagnie à l’autre. L’assurance à prime unique est désavantageuse en cas de rachat du crédit. Un jeune cadre a intérêt à souscrire à une assurance sur-mesure pour payer une prime moins importante.

Les analystes de BMCE Capital recommandent de conserver les titres Ciment du Maroc et LafargeHolcim Maroc . Les ventes de ciment en 2017 devraient rester quasi stables, voire légèrement baisser . Sonasid résiste tant bien que mal à la suroffre sur le marché.

Upline Securities recommande de conserver l’action Managem, renforcer SMI et d’acheter le titre CMT. L’activité et la rentabilité des opérateurs devraient évoluer favorablement sur la période 2016-2026.

Les indicateurs du dépositaire central au titre de 2016 sont en forte progression. L’institution multiplie les partenariats pour inciter les entreprises non cotées à dématérialiser leurs titres. Lesrapprochements avec les pays d’Afrique subsaharienne vont se multiplier.

Le nombre des affiliés à la caisse a progressé d’environ 3,5%. La réserve de prévoyance équivaut à 9,87 années de prestations. La CIMR élargit sa cible en s’ouvrant aux non-salariés.

Des procédures et des délais doivent être respectés pour bénéficier de la garantie. La couverture peut être rejetée dans certains cas. Le remboursement des pertes subies se fait dans un délai de 15 jours.

Les analystes recommandent de renforcer les titres Cosumar et Oulmès dans les portefeuilles et de conserver Brasseries du Maroc et Lesieur. La bonne campagne agricole, l’amélioration de la productivité, l’optimisation des charges et le développement de nouveaux marchés devraient impacter positivement les résultats 2017 du secteur.

Les analystes recommandent de renforcer Attijariwafa bank et CIH bank dans les portefeuilles et de conserver la BCP et Crédit du Maroc. Transformation digitale, finance participative, expansion à l’international…, le secteur est en pleine mutation.