Votre argent

En 2016, le secteur de la distribution a bénéficié des performances commerciales de la majorité des sociétés cotées, notamment Label’Vie dont les ventes ont grimpé de 10,2%, à 7,5 milliards de DH, grâce à une dynamique des magasins existants et de la contribution des nouvelles ouvertures.

Le secteur agroalimentaire a profité des bonnes réalisations de l’ensemble des sociétés qui le représentent à la cote, à l’exception d’Unimer. Le chiffre d’affaires global a marqué un bond de 4,9%, à 24,6 milliards de DH.

Malgré une activité plus dynamique et un contexte favorable sur le marché actions, les trois compagnies d’assurance cotées n’ont pas pu améliorer leur rentabilité en 2016.

Maroc Telecom a confirmé en 2016 sa bonne santé et la pertinence de sa stratégie de développement à l’international.

Après un premier semestre difficile, le secteur minier coté s’est montré résilient sur toute l’année 2016 en publiant des résultats en progression. Le chiffre d’affaires global s’est établi à 5,9 milliards de DH, en hausse de 1,5%.

Malgré un contexte peu favorable, marqué par une faible croissance des crédits, une contraction des marges d’intermédiation et une poursuite de la montée des risques, les banques cotées ont bouclé 2016 sur une bonne note.

Les sociétés informatiques cotées en bourse ont globalement terminé l’année 2016 sur de belles performances. Le chiffre d’affaires agrégé du secteur s’est bonifié de 10,9%, à 3,3 milliards de DH.

L’année 2016 n’a pas été de bon augure pour les sociétés cotées du secteur du bâtiment et des matériaux de construction. Elles ont dans leur majorité accusé un recul de leurs indicateurs financiers.

Après avoir surpris le marché avec ses bonnes performances au 1er semestre, le secteur immobilier a confirmé sa reprise sur toute l’année 2016. En effet, les promoteurs immobiliers cotés ont contribué à hauteur de 80% à l’évolution de la capacité bénéficiaire globale du marché.

La croissance du résultat net agrégé en 2016 est de 12%, un niveau conforme aux prévisions des analystes. L’immobilier, les banques, l’agroalimentaire…, plusieurs secteurs ont contribué à cette performance. La croissance bénéficiaire en 2017 devrait s’établir entre 7% et 8%.

La banque en ligne offre des services gratuits, d’autres moins chers qu’à l’agence. La digitalisation des services séduit de plus en plus de clients. Les banques placent le concept au cœur de leurs stratégies de développement.

Le groupe affiche un PNB consolidé en hausse de 2% et un RNPG en progression de 5%. Il poursuit sa politique prudente de gestion des risques. L’activité à l’international a généré 16% du PNB de la banque.