Votre argent

L’ex-structure de contrôle de Carnaud Maroc, la Financière d’emballage, créée en 1997 dans la foulée du partenariat entre la SNI et Crown Cork & Seal, leader mondial de l’emballage, est sur le point de disparaître. En effet, cette société anonyme

Standard & Poor’s a renouvelé la notation du groupe Banque Populaire du Maroc. Sans surprise, la note de contrepartie a été reconduite pour 2004-2005 (BB à long terme, B à court terme et des perspectives de développement positives). Il s’agit

Distrisoft Maroc, société opérant dans le secteur des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC), est sur le point de lancer un programme d’émission de billets de trésorerie.

Difficile de se retrouver dans le maquis des tarifs bancaires.
Les prix se sont envolés et les banques invoquent des innovations qui servent de prétexte à une aumgentation des commissions.
La banque doit compenser l’effritement des marges sur intérêts. Mais cet argument n’est pas formulé de manière aussi directe.

Elles ont fait deux fois mieux que le marché, en 2004, avec une progression moyenne de 30 %.
Le surplus de performance n’est pas, a priori, associé à une volatilité ou à une liquidité exagérées.

Au cours de la dernière séance d’adjudication des bons du Trésor (BDT) de l’année 2004, qui a pour date de règlement le 03/01/2005, le Trésor marocain a satisfait plus de 82% de la demande émise sur les différentes maturités. En

La Bourse a rapporté moins qu’en 2003, mais elle reste le meilleur placement.
Les OPCVM actions et diversifiés profitent naturellement de l’embellie.
En raison de la surliquidité et de la stabilité des taux monétaires, les rendements des obligataires long et moyen terme baissent.

Pour la Bourse de Casablanca, l’année 2004 est celle de tous les records. A commencer par la capitalisation, qui a pointé à 206,13 milliards de DH à fin décembre, effaçant ainsi la performance de 159 milliards de fin août 1998,

Malgré la forte progression de son cours boursier en 2004 (+ 32%), la valorisation de Zellidja à 168 MDH demeure en deçà de son actif net de près de 20%. A priori, rien d’anormal car toutes les sociétés de portefeuille

Il existe deux types d’ordres au Maroc : «au prix du marché» et «à prix limité».
La liquidité et la volatilité de l’action à acheter ou à vendre déterminent la pertinence du choix de l’ordre.
Avantages, inconvénients et conseils pour passer vos ordres en connaissance de cause.

Participation, intéressement, stock-option et plan d’épargne entreprise : prévus par la législation mais encore peu utilisés.
Pour le salarié, les exonérations fiscales sont intéressantes.
Pour l’entreprise, il s’agit d’un outil de stabilité et de maîtrise des revendications salariales.

«Je suis persuadé que si le Maroc proposait des offres crédibles et concrètes, il arriverait à attirer très facilement les investisseurs étrangers». Abdeslam Ahizoune parle en connaissance de cause. Les «road shows» qui l’ont amené un peu partout à la