SMAP

Vue imprenable sur mer, nature idyllique, infrastructures et équipements de proximité… Le tout à des prix abordables.

Plus de 3% du parc global sont utilisés à titre professionnel en 2012 contre 10% en 2000. Les logements à usage touristique représentent 2% du parc logement national en 2012.

Le logement moyen standing est fait sans prendre en compte un modèle urbanistique ou architectural précis. Les petits projets ne nécessitent plus l’obtention de l’autorisation de construire de la commune.

69% des futurs propriétaires projettent d’acheter un logement construit et 30% envisageant de déménager, pour être propriétaires, voudraient construire leur logement sur un terrain déjà acquis (22%) ou à acquérir (8%).

Les différents types d’habitat au Maroc semblent rester dans les normes générales de leur catégorie : la surface moyenne d’un logement occupé à titre principal au niveau national est de 102 m2 en 2012 et le nombre de pièces d’habitations se situe à près de 4 pièces, en moyenne.

Bien qu’en stagnation, le rendement locatif de la pierre se situe entre 5 et 6% pour le résidentiel principal. Les logements à titre d’habitation secondaire, eux, offrent un rendement qui peut pointer à 10%. Depuis quelques années déjà le marché de l’immobilier perd le rythme, ça piétine, ça traîne… Que ce soit pour le neuf ou pour la seconde main, le secteur est en stagnation.

Tout membre de la communauté marocaine qui s’estime lésé en raison de la non-conformité du produit immobilier acquis à la promesse de vente conclue est en mesure de déposer sa réclamation auprès de la cellule du traitement des requêtes.

Un client est considéré comme un excellent profil à partir du moment où il fournit un apport personnel d’au moins 30% et qu’il dispose d’un reste à vivre représentant deux tiers de son salaire. La négociation du taux de crédit ou de ses conditions n’est pas le seul volet dans lequel un intermédiaire peut intervenir.

Une étude de grande envergure, relative à l’enquête nationale sur la demande en habitat, a été initiée en partenariat entre le ministère de l’habitat et de la politique de la ville, le Groupe d’aménagement Al Omrane et la Compagnie générale de l’immobilier.

Les banques doivent fournir davantage d’efforts à l’égard du client acquéreur au niveau des conditions de financement.

Les efforts de résorption de l’habitat insalubre jouent un rôle important dans la compression du déficit en logements, avec en première ligne la restructuration des quartiers non réglementaires et sous-équipés.

Le ministère a procédé à l’amélioration et la mise en application de la loi sur les ventes en futur état d’achèvement (VEFA), qui reste le principal moyen de protéger les droits des consommateurs, y compris les MRE.