SIAM

L’ANDZOA espère dépasser la production de 160 000 tonnes avant l’échéance du contrat programme de la filière, fixée en 2020. La réhabilitation des séguias a été menée sur 775 km de longueur, celle des khettaras sur 102 km. Une vingtaine de barrages de dérivation ont été créés.

Représentant 30% du PIB industriel, le secteur agroalimentaire reste à fort potentiel. L’intégration des filières, encouragée par le PMV, devra renforcer sa compétitivité, mieux valoriser les produits, adapter la production à la transformation et améliorer l’offre.

Les enquêtes mettent en évidence une vision peu tranchée de la durabilité de l’agriculture marocaine. La FAO a toujours appuyé le Maroc pour accroître sa productivité agricole et gérer durablement ses ressources naturelles.

Aujourd’hui, 46 signes distinctifs d’origine et de qualité ont été reconnus dont 3 labels agricoles. Les autorisations d’usage du label collectif ont été octroyées à 101 produits du terroir émanant de 42 producteurs et/ou conditionneurs. En somme, 8 boutiques en ligne ont été créées pour 8 groupements représentant 60 coopératives.

Le pays a mis en place une stratégie visant la maîtrise
et la mobilisation des ressources en eau. La superficie équipée en irrigation localisée dans le cadre du PNEEI a plus que triplé, à 500 000 ha. Les agriculteurs ayant moins de 5 ha bénéficient d’une subvention pour l’irrigation par goutte-
à-goutte à hauteur de 100%.

Le développement des plantations fruitières, l’utilisation des énergies renouvelables, la conservation des sols, la promotion d’une agriculture biologique…, autant d’actions mises en œuvre en vue d’orienter le secteur agricole vers une production durable.

La superficie certifiée biologique est passée de 4 000 ha en 2010 à 8000 ha à fin 2016. La production, de 80000 tonnes en 2016, est constituée essentiellement de cultures maraîchères, d’agrumes et de plantes médicinales. Si l’arganier, le palmier dattier, l’amandier et les figues de barbarie sont convertis au bio, 600000 tonnes seront certifiables facilement.

Près de 10 ans après l’entame de sa mise en œuvre, le Plan Maroc Vert a donné des résultats perceptibles. En dehors des céréales, le secteur agricole est beaucoup moins dépendant du climat et la production s’apprécie.

Deux contrats programme signés en moins de dix ans et, à chaque fois, les objectifs sont atteints trois ans avant l’échéance. Le secteur avicole joue pleinement son rôle dans le circuit alimentaire et pense maintenant mieux valoriser ses rejets.

Satisfaire la totalité des besoins en lait, voire en exporter. C’est l’objectif fixé par le contrat programme 2015-2020 signé par l’Etat et la Fimalait. En 2016, la production locale satisfaisait déjà 90% de la demande. L’augmentation de l’effectif de vaches de race pure et croisée permettrait d’aller plus loin.

L’objectif de cette 12e édition est de promouvoir un système d’intégration des petits agriculteurs, de préserver les terres et de promouvoir les bonnes pratiques agricoles. 930 exposants nationaux, 300 internationaux et plus d’un million de visiteurs sont attendus.

La vitrine du Maroc

Le Plan Maroc Vert n’est pas né entier le premier jour et ne s’est pas complété les premiers mois ni la première année. Et c’est cela le propre même d’une stratégie.