SIAM

L’impact de la grippe aviaire H9N2 a été entièrement maîtrisé. Le développement des exportations figure parmi les plus importants chantiers du contrat programme.

Il est actuellement de 49%. L’opération de distribution d’orge subventionnée a profité à 210000 agriculteurs et éleveurs pour un montant de 562 MDH. Une opération d’encadrement sanitaire pour 10 millions de bovins est dans le pipe.

Le nouveau contrat programme prévoit, à l’horizon 2020, l’accroissement de la production qui devrait atteindre 612 000 tonnes et la réduction des coûts de production d’au moins 10%.

Une production diversifiée et étalée sur une bonne partie de l’année. De fortes potentialités de développement et de satisfaction de toute la filière. En dehors du type charentais pour l’export, les différents types de melon étant essentiellement des produits de saison, la majorité de la production arrive sur le marché local groupée entre mai, juin et juillet d’où une offre importante entraînant les prix vers le bas.

Le Maroc a beaucoup à gagner en développant la filière produit de terroir. Les conditions de financement de la recherche-innovation-développement demeurent assez timides.

Les agriculteurs bénéficient de taux préférentiels, à savoir 5,5% pour les crédits d’investissement et 5% pour les crédits de fonctionnement. Le taux de sinistralité s’est beaucoup amélioré et reste dans la fourchette de la place.

L’investissement dans l’arganiculture connaît un intérêt de plus en plus croissant, notamment dans des exploitations modernes sur une superficie de près de 3 000 ha.

La campagne 2015/2016 a enregistré une récolte record de 1,4 million de tonnes pour 1 million d’hectares implantés. Le PMV prévoit d’atteindre 1,22 million d’hectares d’implantations et une production de 2,5 millions de tonnes en 2020.

La production de l’amandier est dominée par les petites exploitations de moins de 1 ha qui représentent la majorité des exploitations d’amandiers. La filière figure parmi les chantiers les plus importants dans le Plan Maroc Vert quant à son développement et sa promotion.

La production devrait atteindre 2 millions de tonnes en cette saison agricole en cours. La Russie et l’Union européenne absorbent le gros des écoulements destinés à l’étranger. Le Maroc devrait se différencier en termes de qualité pour faire face à la concurrence de l’Egypte et de la Turquie.

Entretien avec Jawad Chami, commissaire général du SIAM.

Quand, en avril 2008, le Plan Maroc Vert fut lancé, d’aucuns pouvaient imaginer l’ampleur de l’inflexion que connaîtra l’agriculture marocaine dans les années qui allaient suivre.