Opinions

La Ligue arabe est au mieux une illusion, un club de rencontres, au pire un frein
au développement des pays membres vers l’universel. L’urgence
n’est pas de la réformer, c’est de la déclarer nulle
et non avenue.

Ce faible que nous nous sentons être, nous, monde arabo-musulman plongé
dans une nuit dont l’aube se refuse à venir, certains se sont octroyé
le droit de parler en son nom.
De parler, mais surtout de tuer
en son nom. En notre nom.

Les démocraties ne se
sentent-elles pas interpellées par la manière de se défendre
d’un peuple qui transforme
ses enfants en bombes ambulantes ?

Qu’on ne s’y trompe pas,
ce n’est pas la concurrence qui a perverti les nations. Ce sont plutôt

les nations qui risquent de pervertir
la concurrence en renonçant
à sa régulation, transformant ainsi l’émulation des
talents en barrières
à l’entrée aux marchés.

Il est vrai qu’en s’adressant au CRI, le fondateur d’une société
évite de courir à gauche et à droite et économise
le coût d’intervention d’une fiduciaire, mais il se passe ainsi
des conseils d’un expert.
Il convient donc de trouver un juste milieu

Pour avoir une «identité», il s’agit d’être
«authentique» et vice versa. C’est probablement cette contorsion
ontologique qui est
à l’origine de notre immobilisme culturel, bien plus
que la carence des moyens financiers.

L’interdiction de l’idéologisation de l’éducation
est un vœu pieux sur le terrain. On a ainsi révélé,
lors du débat, qu’un manuel d’éducation religieuse se
terminait par des adresses électroniques de sites islamistes…

Sans l’affirmation d’un projet sociétal clair, en rupture avec le passéisme, cycliquement, l’identité sera réduite à  la religion et instrumentalisée par des fous pervers.

L’arbitrage, mode moderne de résolution des conflits, voit son développement
freiné alors que, dans le code de procédure civile, tout concours
à rapprocher la sentence de l’arbitre de celle du juge de l’ordre
judiciaire.

Face à  la pression du système économique mondial comment peut-on gérer nos relations avec nos partenaires, qu’ils soient des pays, des regroupements de pays ou des institutions ?

Sans mobile apparent

Une campagne et une contre-campagne ne sont pas une mauvaise chose pour les régies publicitaires des supports. Comme disait un grand patron
de presse, une info et une mise au point font toujours deux articles.

Des investisseurs étrangers qui s’intéressent davantage au
Maroc et des industries qui veulent produire moins cher.
Effet de l’accord de libre-échange Maroc-USA.