Opinions

Napoléon, qui en connaissait un bout en matière
de guerre et d’invasion, disait : «Les lois claires en théorie sont souvent un chaos à  l’application».

Qu’y a-t-il donc de païen dans cette manifestation pour que des esprits bornés(**) songent
à  interdire le déroulement de la fête des cerises ?

Jamal Berraoui, journaliste, estime que le S.G. du PJD, Saà¢d Dine El Otmani, signe par l’interview qu’il a accordée à  La Vie éco, «une offre de services à  l’ensemble de la classe politique et au Roi en particulier», commet des «confusions volontaires» et développe une «architecture constitutionnelle très dangereuse».

Comment sera géré le choc pétrolier
sur notre économie ?
Quelles seront les conséquences sur
les équilibres macro-économiques ?
Qui va payer les hausses futures ?
La politique économique
aura à  se prononcer sur ces interrogations.

En huit jours de grève
des pilotes, l’Etat est resté étrangement absent…

A la tête de la plus puissante nation
du monde, sévissent des apprentis sorciers qui, acquis à cette vision des relations entre les cultures, agissent pour transformer les différences en antagonismes irréductibles.

La force est toujours mauvaise conseillère et, comme Bonaparte a eu un rêve arabe auquel le destin, à Waterloo, a brutalement mis fin, Bush voit aujourd’hui le début de la fin de son dessein arabe dont il avait, en fanfare, tracé les contours dans son discours sur le Grand Moyen-Orient.

S’inscrivant clairement dans l’option d’une société démocratique, une nouvelle loi doit remplacer le dahir de 1958 devenu obsolète. Cette loi devra, avant tout, mettre un terme à l’inflation partisane et permettre la mise en place d’une majorité parlementaire homogène, le tout, dans un cadre moral rigoureux.

Pour la génération née au cours des seventies mouvementés, il faut inventer des utopies, une espérance portée par un projet de vie et lui apprendre l’art du possible, son cheminement, les étapes et les jalons jusqu’à son application.

L’Etat de droit auquel nous aspirons ne peut accepter de sacrifier des citoyens pour en enrichir d’autres.

L’Amérique et nous

Michael Moore parle d’une Amérique humaniste, chaleureuse, morale. Son Amérique n’a qu’un seul tort : elle est virtuelle, elle n’existe pas pour nous. L’Amérique que nous connaissons depuis un siècle, c’est celle qui offre un tapis de bombes à tout peuple qui a le malheur de se trouver sur un sol qui l’intéresse.

L’effort de lobbying entrepris pour l’organisation de la coupe du monde doit être capitalisé. Il y a là de quoi faire réfléchir quant au traitement du dossier
du Sahara