Opinions

On lit des choses hallucinantes dans la presse du Moyen-Orient, en vente libre chez nous. Tel ce long reportage publié il y a quelques jours sous un titre interrogatif mais néanmoins alarmiste : «Les scènes de mariage et de divorce

Jeudi 11 septembre, un commerçant marocain de confession juive a été assassiné par balles en pleine rue à  Casablanca.

Mode de scrutin inadapté, manque de leadership, communication déficiente,
on s’est engagé sur la voie de la démocratie sans se doter
des outils et de la volonté réelle pour réussir ce passage.

Coûte que coûte, il va nous falloir nous battre pour que cela change,
pour qu’un déclic s’opère, pour que le cercle vicieux
de la défiance et du mépris qui régit le rapport gouvernant-gouverné
soit brisé.
Parce que nous n’avons pas le choix.
Parce qu’il y va de notre devenir et de celui de nos enfants.
Malgré les déceptions et les désillusions, il nous faut réapprendre
à croire et à faire confiance.

Une petite citation sur les vacances s’impose après un mois sans une ligne. «Pas un jour sans une ligne», disait l’autre accro à l’écriture et non pas à ce que pourraient croire certains renifleurs. Le meilleur moyen de passer plusieurs

Personne ne nous fera croire que l’Etat ignore ce qui se passe.
En revanche, on peut s’interroger sur les raisons de son inertie. Qui profite
du système ?

Que l’on fasse partie ou non des chanceux qui, les doigts de pieds en éventail, répondent à l’insolence du soleil, par une sophistication poussée de l’alanguissement, l’air des vacances imprègne l’atmosphère. Le tintamarre du monde demeure toujours aussi assourdissant mais

Bidonvilles : la rupture

Les bidonvilles sont des zones de non-droit, qui nourrissent l’exclusion
sociale et menacent leurs habitants et les villes dans lesquelles ils essaiment.

Certains s’inquiètent du «gigantisme» des projets de
l’Etat en matière de logement social. Pourtant, les autorités
concernées sont vigilantes et, se fondant sur les enseignements des expériences
d’autres pays en matière de grands ensembles, ont élaboré
une véritable politique d’accompagnement pour éviter la fracture
sociale.

Il n’y a pas de processus de réforme dont le chemin ne soit pavé d’embûches. La logique du changement rencontre tout naturellement des résistances. Une réforme n’est pas un acte technique. Elle est avant tout une remise en cause d’intérêts

Le Souverain a procédé à une redéfinition des règles
du jeu : faites votre travail et je veillerai personnellement à ce que
vous le fassiez comme il se doit.

La laïcité, parlons-en

On ferait preuve de myopie si on considérait que la revendication de la laïcité est marginale, ou passagère.