Edito

David contre Goliath

Quoi qu’on en dise, la candidature du Maroc est crédible, et elle inquiète. Il suffit de lire la presse américaine pour s’en rendre compte. Si notre dossier l’emporte, ce sera extraordinaire. Dans le cas contraire, nous serions fiers d’avoir essayé

La nouvelle constitution rappelle dans son préambule l’attachement du Maroc aux valeurs universelles dont l’égalité. Si celle-ci vient à être confirmée en matière d’héritage, elle ne fera in fine que s’inscrire dans l’esprit de la constitution.

Décrocher l’organisation du mondial 2026 sans nous remettre en question ne nous grandira pas. Le Maroc n’aura en définitive que l’illusion de faire partie du Gotha mondial. Alors, la réalité reprendra ses droits tout de suite après la finale.

Les réseaux sociaux ont libéré la parole. Ils sont devenus un instrument redoutable pour faire bouger les lignes, et surtout obliger les gouvernants à réagir quand l’indignation populaire enfle.

Dans l’esprit patriarcal, sauver la famille ne dépend que de l’épouse. Pis, elle en a l’entière responsabilité. Elle n’a donc qu’un choix quand elle se fait agresser par son époux : garder le silence.

Les deux temps

quel est le calendrier prévisionnel de la conception du nouveau modèle marocain, sachant que le recours à l’expertise d’un cabinet spécialisé est inévitable ?

Même combat

La paralysie de l’école publique est finalement assez similaire à la longue apnée du football national. Les deux sont devenus l’ombre d’eux-mêmes, entre un passé plutôt glorieux, un présent angoissant et un futur incertain.

Bombe sociale

Même la formation professionnelle qui garantissait aux jeunes un accès rapide au marché de l’emploi est aujourd’hui en panne.

Un ministère hors jeu

Depuis que l’affaire de la taxe d’écran a été médiatisée, le département de la communication s’est illustré par son mutisme. Or, il s’agit bien de la tutelle

Soulagement dans le milieu des affaires après la décision du ministère de l’économie et des finances de résoudre définitivement l’épineux dossier des crédits de TVA du secteur privé.

Les vrais boulets

Les années où le ciel est moins clément, on assiste toujours à la montée du même et éternel débat : Comment se fait-il que l’économie marocaine soit encore, en 2018, aussi tributaire de la pluie ? Le plus souvent, les questionnements et analyses vont plus loin en mettant au centre du débat, évidemment, le secteur agricole que d’aucuns n’hésitent pas à traiter carrément de boulet pour la croissance…à tort.

Inoubliable 2017…

Même si elle avait difficilement et lentement commencé, l’année 2017 aura finalement été très riche en événements, réalisations et d’un bon cru sur plusieurs fronts. 2017 n’est pas une année à oublier !