Chroniques

là c’est une audience qui démarre avec du retard, car le juge a mis 45 mn avant de trouver ou garer son véhicule ; ailleurs c’est un avocat qui prie (par téléphone) un confrère, de demander le renvoi d’un dossier en fin d’audience, car ça fait une demi-heure qu’il tourne en rond sans pouvoir stationner…

Projet de société

En attendant que la réflexion au nouveau modèle de développement soit effectivement entamée, un véritable débat préliminaire doit être amorcé aujourd’hui pour expliquer à tous les Marocains, et pas seulement les initiés, la portée et les conséquences d’un tel chantier.

L’enfance est parfois un Far West plein d’aventures à raconter,comme celles visionnées dans ces films de cowboys dont je me rappelle encore le nom d’acteurs tels Randolph Scot, Audy Murphy, Gary Cooper ou Richard Widmark.Mais je peine à me rappeler les noms d’acteurs des aventures de mon enfance, ceux de certains de mes amis ou connaissances de ce temps lointain.

traditionnellement, pour les malfrats en tous genres, les soirées de réveillon sont toujours l’occasion de faire quelques belles affaires : cambriolages facilités par l’absence des propriétaires partis festoyer ; rixes dues à l’alcoolémie parfois excessive ; ou altercations pour cause de motifs futiles. En cette soirée, les citoyens «se lâchent» un peu, ce qui forcément ne va pas sans heurts.

On ne parvient à la culture, écrivait le journaliste Jean François Revel dans ses Mémoires, que par des voies obliques. Il entendait par voies obliques celles qui croisent, et parfois s’opposent, à l’enseignement officiel ou scolaire. J’ai, moi aussi, souvent fréquenté cette école buissonnière et emprunté ses voies et chemins de traverse.

les juristes sont dotés également d’un solide sens de l’humour, comme en témoigne, par exemple, l’écriteau saugrenu que l’on trouve aux Etats-Unis, au sommet de l’Empire State Building, apposé sur les barrières de sécurité: «Il est interdit de sauter» (le bâtiment fait 400 mètres de haut). «Violators will be prosecuted», en français cela ne signifie pas que les violeurs seront persécutés, mais que les contrevenants seront poursuivis.

la première génération des années 60, celle-là même qui avait installé les arts plastiques au cœur de l’action culturelle mais aussi politique, va assister à l’avènement d’une myriade de peintres issus parfois des deux écoles des Beaux-Arts (Casablanca et Tétouan) où certains de leurs confrères avaient enseigné. On avait dans les mêmes espaces et cimaises d’anciens élèves face à leurs «anciens maîtres». Cela n’allait pas sans heurts, ni sans malentendus entre quelques individualités qui tentaient de s’émanciper d’une tutelle réelle ou parfois imaginaire.

un jeune homme portant secours à une dame s’évanouissant sur le trottoir, au moment où des policiers passaient non loin. Ils crurent à une agression, intervinrent brutalement, avant de s’interrompre devant les cris de la dame offusquée, hurlant qu’il ne faisait que l’aider à se relever. Moralité, aurait conclu la Fontaine : «Ne faites pas le bien, vous ne risquerez rien».

L’histoire des arts plastiques au Maroc a été d’abord non pas une affaire de commande mais celle d’une demande : celle des artistes eux-mêmes.

il semblerait que la formation des magistrats n’insiste pas beaucoup sur cette notion de présomption d’innocence. Certes, tous les juges questionnés à ce sujet ou ayant des cas réels à trancher l’avoueront : la présomption d’innocence existe, puisqu’en langue arabe on dit pour la qualifier : «la base, c’est l’innocence», mais dans les faits, cela est un peu différent.

Un effort particulier est fait par le législateur marocain pour que les partenariats public-privé contribuent le plus possible au développement local. Il n’en demeure pas moins que les leviers mis en place relèvent, pour l’essentiel, de possibilités offertes aux pouvoirs adjudicateurs.

Le voyage à travers ce grand pays a continué et je me souviens de presque tout. Mais dans le «presque» il y a sûrement beaucoup de choses très importantes dont je ne saurais dire leur importance pour moi en ce temps-là. Ni même aujourd’hui alors que je me remémore cette tranche du passé lointain.