Chroniques

Que l’on fasse partie ou non des chanceux qui, les doigts de pieds en éventail, répondent à l’insolence du soleil, par une sophistication poussée de l’alanguissement, l’air des vacances imprègne l’atmosphère. Le tintamarre du monde demeure toujours aussi assourdissant mais

La laïcité, parlons-en

On ferait preuve de myopie si on considérait que la revendication de la laïcité est marginale, ou passagère.

On ne réclame pas au politique de se métamorphoser en «élu
chef de service». On lui demande par contre de se préoccuper davantage
de gestion, d’avoir le souci de la performance organisationnelle.
Question : mais qui paiera pour la formation des élus ?

Alexandre le Grand, film d’Oliver Stone, sera tourné au Maroc. Notre
pays a donc la capacité de capter de grands projets. Mais ne nous contentons
pas de tirer des dividendes de ce don de Dieu que sont notre soleil et nos paysages.
Un décor naturel se préserve par le développement et la bonne
gestion de tout son environnement politique, juridique et humain.

Les jeunes cadres compétents sauront-ils trouver le défaut de la
cuirasse des caciques
de la gérontocratie partisane, pour renouveler l’encadrement de nos
partis ?
C’est une urgence, il en va de la démocratisation de notre vie politique.
Avec Abderrahim El Badaoui, professeur universitaire

Selon la Nasa, la sieste augmenterait les performances de l’individu.

Au Maroc, on n’a pas attendu cela pour piquer un roupillon après la bouffe… et même à  tout moment.

Il faut croire que c’est génétique.

Une froideur dans le regard, une absence de sourire et le train de la communication reste à quai ou, pire, il déraille. On ne dira jamais assez le précieux sésame qu’est le sourire.
Le sourire s’adresse à cette offrande qu’est la vie et dont seuls les êtres qui en ont payé le prix le plus fort mesurent la valeur véritable.

La question du rapport entre la responsabilité des ministres et celle des
directeurs reste posée : qui doit rendre compte des résultats ?
Le ministre peut-il réellement être tenu pour responsable de décisions
administratives qu’il a pu avoir des difficultés à connaître
et apprécier ? Le directeur peut-il vraiment être responsable de
décisions stratégiques qui lui échappent ?

Fracture Orient-Occident, wahabisme-ogre idéologique menaçant le
monde, etc., telles sont quelques- unes des idées simples devenues véritables
axiomes à la base de la pensée politique occidentale.
Méfions-nous de la contagion car, comme disait Paul Valéry, les
idées simples sont fausses.

Un Premier ministre au zénith dans l’opinion publique, un soutien impressionnant de divers centres de décisions, un pragmatisme dans la prise en charge des grands dossiers de la nation, une conjoncture économique pas trop défavorable, tout semble aller bien pour

Les yeux de la tête

Parmi les slogans qui ont fleuri en France durant cet été lors des grèves des intermittents, on en a relevé un qui en dit long sur le niveau intellectuel et humoristique des grévistes : «La culture coûte cher ? Essayez

Nos partis ne disposent pas d’une gouvernance de conflits.
Le conflit fait peur.
On a donc tendance à l’occulter ou carrément à
le réprimer. Ali Sedjari poursuit sa réflexion sur les causes de
la crise actuelle des partis.

Lire la Première partie