Chroniques

Lectures partagées

Pourquoi lit-on, en général, et pourquoi certaines personnes sont-elles
plus prédisposées que d’autres à la lecture ?

La discussion budgétaire, c’est la comparaison de quelque chose
qui n’existera pas avec quelque chose qui n’a pas existé.
En outre,
les délais fixés font que l’examen du budget s’apparente
à une visite de château par un groupe de touristes : au pas de
course et avec interdiction de toucher à quoi que ce soit.

Curieux temps qui transforme le poivrot invétéré en pilier de mosquée et la barmaid délurée en porteuse de voile qui se faufile vers le pavillon des femmes de la maison de Dieu. Cette soudaine religiosité à  date fixe est un sujet d’étonnement chaque année renouvelé.

Salut l’artiste

Ces traces que tu imprégnais sur ta toile avec le désir têtu de faire exploser les cloisons et de saisir l’insaisissable, ces traces-là  remplissent aujourd’hui leur mission : celle, pendant un temps encore, de continuer à  faire vivre une part de toi.

Pour s’occuper du Sahara, il y a les experts, les diplomates, les officines de l’ombre. Mais il y a aussi les simples citoyens. L’une d’entre eux propose de responsabiliser tous les Marocains autour d’un projet, l’établissement de jeunes Marocains entreprenants, dynamiques et conscients de leurs engagements, dans les provinces du Sud, pour un véritable chantier d’«attachement à  la terre».

Ailleurs, on courtise l’intelligence et le mérite,ici on l’assassine. C’est le règne des petits chefs dont le comportement oscille entre l’attitude dictatoriale et la servilité selon qu’ils soient en position d’autorité ou de subordination. Les Marocains en ont assez.

La gloire des pauvres

On raconte cette anecdote dans les milieux de la pub qui se respecte et qui a de l’humour. Un jour de printemps, un publicitaire passe devant un non voyant qui tenait un carton sur lequel on pouvait lire : «Je

Il est urgent de clarifier nos objectifs et d’identifier les instruments
qui permettent de concilier l’ouverture au commerce international de notre
agriculture et la restructuration du tissu rural sur l’ensemble du territoire.

«Projet sans envergure et sans ambition, ce n’est pas avec cela que
nous résoudrons les problèmes du Maroc…» : ainsi parlait
Fathallah Oualalou, alors ténor de l’USFP dans l’enceinte parlementaire.

Ce sont exactement les mêmes reproches que l’on pourrait opposer au
projet qu’il défend actuellement devant le Parlement et qu’on
pourrait résumer en un mot : décevant. Des taux de croissance élevés
sont possibles pour peu que l’on fasse preuve d’imagination, de rigueur
et de mobilisation.

Nous sommes le 31 décembre 1999. Il est midi et un soleil hivernal tente de dissiper les quelques restes de nuages qui avaient donné, une semaine durant, des «pluies bienfaitrices» comme on dit dans les bulletins météo marocains. Car nous

«Votre rôle est très important. C’est par votre biais, par l’information que vous diffusez, que la connaissance de l’Autre peut s’établir et des liens se tisser». Taïeb El Alj, ambassadeur du Maroc en Corée, nous accueille avec chaleur. D’abord en

La réforme de l’Audiovisuel se met graduellement en place. Mais sa réussite n’en reste pas moins conditionnée à  une véritable stratégie qui, pour l’instant, reste assez confuse.