Chroniques

Il est urgent de clarifier nos objectifs et d’identifier les instruments
qui permettent de concilier l’ouverture au commerce international de notre
agriculture et la restructuration du tissu rural sur l’ensemble du territoire.

«Projet sans envergure et sans ambition, ce n’est pas avec cela que
nous résoudrons les problèmes du Maroc…» : ainsi parlait
Fathallah Oualalou, alors ténor de l’USFP dans l’enceinte parlementaire.

Ce sont exactement les mêmes reproches que l’on pourrait opposer au
projet qu’il défend actuellement devant le Parlement et qu’on
pourrait résumer en un mot : décevant. Des taux de croissance élevés
sont possibles pour peu que l’on fasse preuve d’imagination, de rigueur
et de mobilisation.

Nous sommes le 31 décembre 1999. Il est midi et un soleil hivernal tente de dissiper les quelques restes de nuages qui avaient donné, une semaine durant, des «pluies bienfaitrices» comme on dit dans les bulletins météo marocains. Car nous

«Votre rôle est très important. C’est par votre biais, par l’information que vous diffusez, que la connaissance de l’Autre peut s’établir et des liens se tisser». Taïeb El Alj, ambassadeur du Maroc en Corée, nous accueille avec chaleur. D’abord en

La réforme de l’Audiovisuel se met graduellement en place. Mais sa réussite n’en reste pas moins conditionnée à  une véritable stratégie qui, pour l’instant, reste assez confuse.

Bravo et merci !

Bravo Majesté ! Bravo Si M’hammed Boucetta ! Bravo Mesdames et Messieurs de la Commission consultative chargée de la réforme de la Moudouwana ! Bravo et merci ! Nous étions nombreuses (et nombreux) à avoir cessé d’y croire. A force

Leur vie durant, le rôle de nos grands-mères a été essentiellement déterminé à la naissance par ce que l’on appelle un système féodal de «castes» (qui fixe les rôles de chacun à la naissance). La génération de nos grands-parents était

On ne prend pas de risques lorsqu’on cite certains poètes, non pas que ces derniers, comme soutenait l’un deux, aient toujours raison mais, tout au contraire, parce que disait René Char, «un poète doit laisser des traces de son passage,

Bush et Blair sont perplexes et perdus ; en Irak, on fait la moyenne hebdomadaire
des morts et blessés anglo-américains. Bref, l’Amérique
s’est embourbée et le compte à rebours a commencé.

Son establishment serait-il sur le point de comprendre que les idées ont
la prééminence sur la force ?

La conférence intergouvernementale destinée à adopter la future constitution de l’Union européenne vient d’être lancée. Les Vingt-cinq restent divisés sur le sort à réserver au projet de la Convention. Nombre de «petits Etats» veulent revoir la plupart des dispositifs institutionnels.

De tous les mystères que le monde renferme, il en est au moins un qui vient d’être percé et qui a fait, illico presto, l’objet de cette info d’agence : «Le mystère des biscuits en miettes enfin percé.» En effet,

Le camouflet électoral subi par l’USFP n’est que l’aboutissement d’une
longue série d’erreurs politiques dont le parti s’est rendu responsable.
Il est temps que Abderrahmane Youssoufi appelle à un congrès extraordinaire
de l’USFP avant de se retirer dans l’honneur.