Sociéte

Le Collectif des crèches rencontrera les organismes de tutelle du préscolaire dans les prochains jours. L’assainissement et l’organisation du secteur constituent l’ordre du jour des discussions. Le référentiel de labellisation devra accompagner l’évolution du secteur…

Selon le ministère de la justice, 2000 cas de kafala sont enregistrés annuellement. La mise sous tutelle du juge, l’absence de suivi des enfants adoptés et l’interdiction des kafalas à l’étranger sont autant de limites qui appellent à une modification de la loi sur la kafala. Le tissu associatif veut être associé au projet.

Une évolution est constatée par les sociologues et les cabinets de recrutement. Certains postes demeurent difficiles d’accès: commercial, marketing, direction générale… Malgré les avancées, la question n’est pas tranchée et dépend de chaque entreprise.

Le phénomène touche les adultes mais également les jeunes, catégorie très vulnérable. Chez les 15-29ans, le suicide constitue la deuxième cause de décès après les accidents de la circulation. La prévention est l’affaire de tous : parents, professionnels de la santé ou de l’éducation…

Il s’agira d’alléger les procédures effectuées par les adouls et d’informatiser la profession. Les réunions entre l’Ordre national et le ministère de la justice démarreront pour boucler la réforme dans 18 mois. Un amendement du cadre réglementaire de la profession est nécessaire.

Les concierges d’immeubles sont des hommes à tout faire. Touchant des salaires majoritairement inférieurs au SMIG, ils ne sont pas déclarés à la CNSS. Dans les quartiers huppés, on fait plutôt appel aux sociétés de sécurité.

La société civile appelle à la mise en place d’un plan national. Les ministères de l’intérieur, de l’enseignement, de la justice et de la santé doivent être impliqués. La prise en charge des dépendants demeure inaccessible aux démunis.

«Les réseaux sociaux sont une monnaie d’échange contre-productive dans les relations parents et enfants».

La durée moyenne de connexion quotidienne est de deux heures selon l’ANRT. Les jeunes sont les principaux utilisateurs, mais les parents sont aussi de plus en plus connectés. La communication et les rapports entre parents et enfants sont de moins en moins directs.

«Au fils une part équivalente à celle de deux filles» est le principe qui régit aujourd’hui le partage de l’héritage entre les enfants. Pour les associations féminines, ce concept est en déphasage avec les mutations sociétales. Pour éviter les inégalités entre leurs enfants, les parents optent de plus en plus pour la répartition de leur vivant.

Désorientés, ces jeunes sont accueillis par l’association. Son pôle formation/insertion leur offre de nouvelles opportunités pour une intégration sociale… Certains ont réussi et d’autres viennent d’entamer leur parcours.

Fonctionnaires, salariées, étudiantes ou femmes au foyer, elles ont opté pour la vente directe comme activité principale ou secondaire. Une opportunité pour leur épanouissement et l’amélioration de leurs conditions de vie. Témoignages…