Sociéte

Cinq écosystèmes naturels africains abritent 1 800 animaux de 180 espèces. Le Jardin Zoologique joint le loisir à la recherche scientifique pour la conservation des diverses espèces de faune sauvage menacées de disparition.

«Les premiers plans du ministère sont encore insuffisants pour répondre à l’urgence des problèmes».

Deux millions de personnes seraient touchées. Le ministère de la santé n’a pour l’instant aucune stratégie nationale. Depuis 2008, l’hémophilie et la thalassémie sont prises en charge. Mais seulement 1 700 personnes bénéficient de ces deux programmes.

La dixième édition du Salon du cheval a eu lieu du 17 au 22 octobre au Parc d’exposition Mohammed VI d’El Jadida. Au menu : compétitions sportives, spectacles nocturnes, conférences et expositions artistiques. Le concours de tbourida a attiré la grande foule avec la victoire de la sorba de la région de Béni Mellal-Khénifra.

Avec 734000 inscrits annuellement, le rythme de l’alphabétisation reste lent. Les programmes portent essentiellement sur l’apprentissage de la lecture, de l’écriture et du Coran. Les bénéficiaires, en particulier les jeunes et les femmes, veulent une formation qualifiante… Une refonte de la stratégie nationale s’impose.

Le ciblage géographique basé sur la commune sera remplacé par le ciblage individuel des ménages. Le programme subira une réforme en trois étapes entre 2018 et 2021. Pour les enseignants, des mesures d’accompagnement s’imposent…

A l’occasion du cycle de conférences sur les stratégies économiques et sociales pour accélérer la croissance et l’émergence des pays africains à Casablanca, le professeur David Khayat est revenu pour la rédaction sur les avancés de lutte contre le cancer, mais aussi sur l’évolution de la maladie en Afrique et principalement au Maroc.

«Nous avons trois autres plateformes en projet dans notre préfecture dont l’ouverture est imminente».

Trois plateformes sont déjà opérationnelles dans le quartier de Sidi Bernoussi à Casablanca. Les marchands soulignent l’amélioration de leurs revenus et de leurs conditions de vie. Ils réclament cependant une baisse du loyer et une couverture médicale.

«Trois autres centres publics sont prévus à Marrakech, Fès et Oujda».

Les 20 centres privés de PMA réalisent 400 à 500 cycles par an. Le nouveau centre public de PMA a effectué 100 cycles pour sa première année. Pour s’aligner sur la pratique mondiale de 1 000 cycles par an, le Maroc doit adopter le projet de loi sur la PMA et reconnaître l’infertilité comme une pathologie.

«Il faut créer des liens entre les coopératives et les structures gouvernementales».