Politique

Le monde rêvé des intégristes musulmans ressemble à  s’y méprendre au monde
prôné par les intégristes juifs et chrétiens n Démonstration par les auteurs de
l’ouvrage «Tirs croisés»(*).
 

L’Onu change de ton envers le Maroc et l’idée du référendum
est définitivement enterrée.
Le Maroc accepte les «mesures de confiance» et poursuit ses discussions
avec James Baker.
Les discussions Maroc-Algérie auront probablement lieu après la
tenue des présidentielles chez nos voisins.

En dehors de l’aspect indemnisation, l’instance aura la lourde tâche
de faire la lumière sur les années de plomb.
Le délai de dépôt des dossiers a été prolongé
jusqu’au 13 février, ce qui risque de grossir une liste portant sur
14 000 dossiers.
L’Administration est tenue d’ouvrir ses archives pour les besoins
de l’enquête si nécessaire.

L’opposition parlementaire est tripolaire : un pôle islamiste, un
pôle de gauche radical et un pôle de droite.
Le PJD surpasse les autres pôles : 7 propositions de loi, 298 questions
orales et 1525 questions écrites depuis octobre 2002.
Ministres et députés témoignent : seul le PJD fait de l’opposition.

Deux déceptions électorales ont failli avoir raison de l’aventure
du grand parti de gauche.
Aujourd’hui les esprits se sont calmés et on se remet au travail
sans souci des enjeux électoraux.

Le vote de la commission a nécessité sept heures.
Près d’une soixantaine d’amendements, dont une douzaine du PJD, ont été adoptés.
Tutelle légale, partage des biens… Ce qui a été retenu.
Les changements vont dans le sens d’une amélioration du statut de la femme.

Les priorités de traitement des projets sont déterminées
par les directives royales, par le Premier ministre ou par l’urgence.
22 juristes en tout et pour tout traitent annuellement plus de 500 textes.
Les cellules juridiques des ministères ne seraient pas suffisamment armées
pour fournir des avant-projets à la hauteur.

Une enquête a été menée par Transparency Maroc auprès
de 1 000 ménages et de 400 entreprises.
La police de la circulation, la gendarmerie, la santé, l’administration
territoriale sont parmi les corps les plus touchés.
Les entreprises la considèrent comme le deuxième obstacle à
leur développement, après les impôts.
Le discours omniprésent de moralisation, loin de la faire reculer, la banalise
car il n’est pas accompagné d’actions efficientes sur le terrain.

Droits de l’Homme, justice, recomposition du champ politique, administration,
identité culturelle et diplomatie, ces chantiers marqueront l’année
en cours.
Revue de ceux qui les porteront à bout de bras.

Le remaniement ministériel sera probablement à l’ordre du
jour.
L’affaire du Sahara, les projets «œcuméniques» de
l’USFP pour la gauche, et l’avenir du PJD occuperont le devant de
la scène.
Les députés sont appelés à mettre de l’ordre
dans leurs affaires.

USFP, Istiqlal et alliance socialiste sont pour l’instant les seules formations
à avoir planché sur des amendements.
L’UC et le PND refusent d’amender le texte en invoquant le risque
de rompre un équilibre délicat.
Quatre cas d’amendements sur lesquels les points de vue diffèrent.

Le Président français a tranché : voile, kippa et grande
croix seront proscrits à l’école publique.
Les associations de musulmans brandissent le spectre d’une montée
en puissance du radicalisme.
Les mouvements «laïcs» remettent en cause la représentativité
du Conseil du culte musulman.