Politique

Si Israël peut se permettre de «liquider» les dirigeants du
Hamas, c’est qu’il est assuré de bénéficier de
l’impunité totale. Comment a-t-il pu obtenir une telle liberté
d’action ?
L’administration Bush a accordé à l’Etat hébreu
ce qu’il n’osait même pas demander.
Aujourd’hui, une issue pacifique au conflit semble plus que jamais hypothétique.

La politique d’assassinat des dirigeants du Hamas vise l’élimination
de tous les interlocuteurs palestiniens possibles, et pas seulement les plus extrémistes
d’entre eux.
Processus de Barcelone, initiative de Genève, feuille de route, tout cela
est enterré aujourd’hui avec la bénédiction des Etats-Unis.
Le projet de retrait israélien unilatéral de la Bande de Gaza présenté
comme une concession majeure vise en fait l’annexion pure et simple de la
Cisjordanie.

L’essoufflement politique et militaire, conjugué à l’arrivée
d’une génération intégriste, pousse
le Polisario vers l’islamisme radical.
Rejeté par sa base, le Polisario ne peut plus se proclamer mouvement de
libération nationale et se radicalise donc pour survivre.

Saâdeddine Elotmani, psychiatre et alem, est, à 48 ans, le plus
jeune secrétaire général d’un parti politique marocain.

Son élection à une écrasante majorité est due aussi
bien à ses qualités qu’aux circonstances que traversent le
parti et le pays, un an après les évènements du 16 mai.
Sera-t-il l’homme qui affranchira le PJD de la tutelle du Mouvement unicité
et réforme (MUR) ?

Les autorités cherchent à éviter l’amalgame entre terroristes
et résidents.
Les médias invitent l’opinion publique à respecter la cohabitation.
Les expulsions d’illégaux se sont accélérées
ces derniers jours et une vague d’interpellations est observée dans
les milieux intégristes.

Le retrait de Abdelkrim Khatib rend plus aigu le questionnement sur le devenir
du parti.
Pris entre ses racines idéologico-religieuses et la nécessité
de jouer son rôle politique, le PJD a amorcé une mue forcée.

Nicolas Sarkozy
Ministre français de l’Economie, des Finances et de l’industrie
L’islam tel que pratiqué au Maroc rend plus facile l’insertion
dans la société française.

Trente-neuf postes actuellement, dont seulement une trentaine est justifiée.

Le resserrement est nécessaire pour une plus grande efficacité et
en raison de l’existence de ministères fantômes.
Certains secrétariats d’Etat ont une tutelle non conforme à
leur mission.

L’arrivée des socialistes au pouvoir en Espagne met fin à
huit ans de relations tendues avec le Maroc.
D’ores et déjà, on a échangé des déclarations
de bonnes intentions.
Immigration, dossier du Sahara, des sujets sur lesquels la position espagnole
devrait s’assouplir au cours des mois à venir.

Le texte coranique demeure intouchable et la foi personnelle est, par nature,
indéfinissable.
En revanche, la pratique historique de l’interprétation des textes,
le hadith et, de manière générale, la Chariaâ sont
sujets à débat.
L’islam lu et vu autrement permettrait de concilier modernité et
démocratie.

1 000 postes de police de proximité seront créés d’ici
à fin 2005.
L’inspection générale qui n’a jusqu’ici existé
que sur organigramme est opérationnelle.
Informatisation de tous les commissariats avant fin 2005, rénovation des
locaux, formation et lutte contre la corruption.

Seuls l’Istiqlal et l’USFP se donnent réellement les moyens
d’avoir des organisations de jeunesse efficaces.
Destinées à encadrer les jeunes, ces structures servent aussi de
tremplin pour l’accès à des postes de direction au sein des
partis.
Le PJD prépare son offensive : un congrès refondateur aura lieu.