Politique

Une enquête a été menée par Transparency Maroc auprès
de 1 000 ménages et de 400 entreprises.
La police de la circulation, la gendarmerie, la santé, l’administration
territoriale sont parmi les corps les plus touchés.
Les entreprises la considèrent comme le deuxième obstacle à
leur développement, après les impôts.
Le discours omniprésent de moralisation, loin de la faire reculer, la banalise
car il n’est pas accompagné d’actions efficientes sur le terrain.

Droits de l’Homme, justice, recomposition du champ politique, administration,
identité culturelle et diplomatie, ces chantiers marqueront l’année
en cours.
Revue de ceux qui les porteront à bout de bras.

Le remaniement ministériel sera probablement à l’ordre du
jour.
L’affaire du Sahara, les projets «œcuméniques» de
l’USFP pour la gauche, et l’avenir du PJD occuperont le devant de
la scène.
Les députés sont appelés à mettre de l’ordre
dans leurs affaires.

USFP, Istiqlal et alliance socialiste sont pour l’instant les seules formations
à avoir planché sur des amendements.
L’UC et le PND refusent d’amender le texte en invoquant le risque
de rompre un équilibre délicat.
Quatre cas d’amendements sur lesquels les points de vue diffèrent.

Le Président français a tranché : voile, kippa et grande
croix seront proscrits à l’école publique.
Les associations de musulmans brandissent le spectre d’une montée
en puissance du radicalisme.
Les mouvements «laïcs» remettent en cause la représentativité
du Conseil du culte musulman.

Samedi 20 décembre, les comités centraux du MP, du MNP et de l’UD
ont scellé le pacte de leur réunification n Mahjoubi Aherdan a été
désigné à la tête de la nouvelle entité politique.

Le système mis en place forme chaque année des milliers de licenciés
et autres diplômés en études islamiques.
La réforme proposée par le ministère de tutelle multiplie
les organes de contrôle, mais est-ce suffisant ?
Aucune réforme du contenu de l’enseignement n’est à
l’ordre du jour.

Mohamed Bouzoubaâ, ministre de la Justice, a présenté le 17
décembre le projet de Code de la famille devant la Chambre des Représentants.

Les amendements seront mineurs. Le projet sera en principe adopté avant
la fin de la session parlementaire.

Le doyen des partis innove en se fixant un quota de 20% de femmes.
Le Conseil national du PJD reste marqué par l’impact des événements
du 16 Mai.

Pour combattre la transhumance des députés, le ministre de la Justice
recourt au Code pénal.
Selon les juristes, la qualification juridique invoquée par le ministre
peut difficilement être opposée à un tribunal.
D’autres difficultés d’ordre procédural risquent de
compliquer la tâche.

Leurs revendications sont nombreuses : entre autres, celle de devenir juge de
famille après 15 ans d’expérience.

Ahmed Boukous, linguiste de 57 ans, remplace Mohamed Chafik à la tête
de l’IRCAM
Il entend faire valider la graphie tifinagh par l’organisation internationale
«ISO-Unicode».