Culture

Les Marocains n’aiment pas lire et le marché du livre est de façon
générale déprimé. Les bouquinistes qui tiennent le
coup sont peu nombreux. Des êtres à part, animés par la passion
au point de pratiquer sérieusement ce métier qui ne les fait pas
vivre.

Arrivée au Maroc comme assistante médicale en 1950, elle n’en est plus repartie. Depuis près de 50 ans, Solange Marmaneu règne sur «La Corrida» où elle a vu défiler tous les VIP du Maroc et d’ailleurs.

Elle chapeautera l’ensemble des bibliothèques du pays, produira les normes relatives au secteur et détiendra le monopole du dépôt légal.

En révélant l’exploitation sexuelle des adolescentes miséreuses
par les étrangers fortunés,
vivant à Marrakech, Jacques Doillon encourt le risque sérieux
de voir son film «Raja» interdit au Maroc.

Au-delà du folklore propre à ce genre de manifestations, avec ses
stars, ses starlettes et ses strass, la 3e édition du Festival international
du film de Marrakech fut intéressante en ceci qu’elle a privilégié,
dans sa programmation, des films décrivant avec talent «l’état
du monde».

Après 46 ans de services rendus au cinéma, en tant qu’acteur,
réalisateur et producteur, Alain Delon a pris ses distances avec cet art
devenu, selon lui, crépusculaire. Nous avons rencontré l’étoile
à Marrakech.

Du 10 au 12 octobre, Essaouira vibrera au rythme de l’Andalousie. Emanation
de la suractive Fondation Alizés, le Festival international des Andalousies
atlantiques propose un voyage inédit.

Pour sa première prestation, le Festival des musiques du désert,
qui s’est déroulé à Merzouga du 18 au 21 septembre
dernier, fut un moment de grâce avec ses instrumentalistes étonnants
et ses voix puissantes qui ont fait parler le désert.

72 films, 15 pays représentés, des nouveautés, une pluie
de stars, des hommages vibrants, le Festival international du Film de Marrakech
fait fort pour sa troisième édition (du 3 au 8 octobre).

Après Deauville, ce sera le tour du Festival international du film de Marrakech
(du 3 au 8 octobre prochain) d’explorer le cinéma indien. Preuve que ce continent cinématographique suscite un engouement accru.

L’Orchestre pour la paix s’est produit, pour la première fois dans un pays arabe, à  Rabat,
le 24 août dernier. Il a fait sensation grà¢ce à  ses jeunes prodiges emmenés
par le sublime Daniel Barenboïm.

Venise cadre, cinquante-sept ans d’existence et trois changements de propriétaire,
a échappé au sort de la majorité des galeries d’art.
La recette ? L’amour du métier, le choix de la peinture orientaliste
et figurative pour fond de commerce, la chance, parfois, sans oublier le petit
coup de pouce de clients prestigieux.