Management

Adil S. Ingénieur informaticien, 3 ans d’expérience, au chômage depuis 5 mois. «Diplômé de l’Ensias, et ayant réussi à effectuer des stages en France, je n’ai pas eu de difficulté à me placer. En 2001 j’ai réussi à décrocher un

Abdelhakim M. Retraité, ex-cadre dans les assurances «Un départ négocié a été la seule issue» «Quand on approche de la cinquantaine, on devient une cible parfaite des plans sociaux. Cela a été mon cas. Notre compagnie était en pleine restructuration.

Il est nécessaire de prendre en main son devenir et ne pas attendre que l’entreprise le fasse.
Quand on a la responsabilité d’une équipe, il faut se tenir informé et ne pas cultiver l’opacité au risque de perdre sa crédibilité.

Difficultés économiques, conflit managérial, restructuration… la crise peut revêtir plusieurs formes.
Plus vite on est informé et plus on a de chances de réagir correctement.
La stratégie à adopter diffère selon le type de crise.

Mohamed Slimi Cadre commercial «Le réalisme est une des clés de la confiance en soi» «La confiance en soi est l’une des qualités les moins bien maîtrisées ! Si certains en ont beaucoup trop, d’autres en manquent cruellement… Je pense

Autant que le stress, le manque de confiance en soi touche de plus en plus les managers, cadres et employés.
La peur de l’échec combinée à une succession de critiques peut entraîner la descente aux enfers.
L’autocritique et la connaissance de soi restent le meilleur moyen de s’en sortir.

La confiance en soi n’est pas une qualité innée

Elle s’acquiert et se développe, comme elle peut se perdre si elle n’est pas entretenue.

Une grille d’appréciation et un référentiel des fonctions seront mis en place

Une charte des valeurs et un code éthique sont prévus.

Rapidité, réactivité, résistance à la pression physique et au stress sont des qualités recherchées chez les jeunes managers.
Ils ont plus de chances de réussir dans les entreprises où le circuit de décision est très codifié.
Outre la compétence, l’humilité et la capacité d’écoute sont les principaux atouts pour réussir.

Mohammed Benouarrek 32 ans, DRH de Novartis «Autant que la compétence, je pense que le comportemental peut jouer un rôle décisif» «J’ai toujours été amené à remplir des fonctions de responsabilité : chef de département dans un établissement de formation,

Quel que soit le niveau de compétence ou l’ancienneté dans l’entreprise, un jeune promu aura toujours du mal à asseoir sa légitimité.
Trop se mettre en avant suscite souvent un rejet de la part des collègues.

La plupart des problèmes sont d’ordre relationnel: il faut manœuvrer en finesse.

«L’âge est souvent déterminant dans une opération de recrutement. En tout cas, nos clients sont impressionnés quand les candidats sont jeunes et expérimentés. Je parle de cadres dont la moyenne d’âge ne dépasse pas la trentaine, surtout lorsqu’ils ont occupé