Management

Corinne Maier nous propose de «plomber» notre entreprise en «ne fichant rien».
Le best-seller français a reçu un écho international.

Ce que nous appelons «paresse» est en réalité bien souvent une baisse de motivation, l’activité humaine revêtant bien d’autres formes que le seul travail.
Largement conditionnées par la notion d’utilité, nos sociétés accordent une place encore excessive au travail associé à la souffrance.

Mounir C. Banquier «Tous les gens intelligents sont fainéants» «Etre fainéant, c’est être rebuté par l’idée d’accomplir une tâche débile. Tous les gens intelligents sont fainéants. La fainéantise disparaît avec la motivation, la créativité… Le sous-développement pour moi c’est faire

Pour nombre de cadres, l’idée de se réaliser dans le travail est une utopie.
Des voix s’élèvent professant la paresse comme moyen de résistance passive face à la perte de sens de l’entreprise.
Verra-t-on se développer, ici et là, dans les prochaines années, des générations de «saboteurs», plus démissionnaires que révolutionnaires ?

Les entreprises leur offrent peu de chances, elles continuent à juger les gens sur leurs diplômes plutôt que sur leur compétence.
A défaut de pouvoir postuler à des postes d’encadrement ou de direction, le meilleur moyen pour arriver au sommet est encore de créer sa propre entreprise.

Les entreprises familiales et, paradoxalement, les multinationales sont plus ouvertes à ces profils.
L’instauration d’un système de validation des acquis peut briser le carcan dans lequel les autodidactes
sont enfermés.

De manière triviale, on pourrait dire d’un bon commercial que c’est quelqu’un qui «vend», qui est «vendeur» ou encore quelqu’un qui déploie une méthode ou stratégie de succès, laquelle lui permet à coup sûr d’atteindre ses objectifs commerciaux. Au-delà, un

On le reconnaît aussi à ses prétentions salariales et à sa maîtrise des mécanismes de rémunération en vigueur dans la profession.
C’est aussi celui qui connaît ses produits sur le bout des doigts.
Contrairement au vendeur, qui se limite à la vente de produits, le commercial d’élite est un conseiller,
un fin stratège, un négociateur…

En dehors des qualités communes à tous les commerciaux , une grande partie de leur succès repose sur la maîtrise du produit et la connaissance du secteur et des besoins des clients.
Contacts personnalisés avec les acheteurs potentiels, mailings, leur persévérance est payante.

L’intelligence émotionnelle peut être innée, mais elle peut également se travailler et s’entretenir.
Adaptabilité, ouverture d’esprit, empathie, leadership et sens de la communication sont ses principales composantes.

J’ai roulé ma bosse dans plusieurs métiers, de la production aux ressources humaines en passant par la finance. Je pense que la fonction commerciale est de loin la plus intéressante sur les plans professionnel et financier.

En 2000, 65% des besoins en recrutement traités par les cabinets
de ressources humaines concernaient des informaticiens. Aujourd’hui,
le recrutement se fait au compte-gouttes.
L’adaptabilité et l’autoformation sont les deux principaux défis auxquels les informaticiens doivent faire face pour ne pas rester en rade.