Maroc conseil emploi

Je ne comprends pas pourquoi il est si difficile aujourd’hui d’être généreux et bienveillant au travail (ou même dans la vie tout court) sans être taxé automatiquement de «bisounours». Faut-il se transformer en requin en cravate (ou en talons), être le cynique et égoïste «level pro» du service pour réussir et se faire respecter? Est-on moins intelligent lorsqu’on fait simplement preuve d’humanité ? Je voudrais prouver qu’on peut être à la fois bienveillant et pro. Croyez-vous que c’est possible ? R.Y.- Tanger

J’ai fait 5 années d’études en marketing, j’ai réussi à faire aussi pas mal de stages dans de grandes entreprises et j’étais vraiment très heureuse d’intégrer cette entreprise qui «bouge bien» et qui a plein de projets. Seulement voilà, j’ai dû tomber sur le seul «moul chokkara» de la boîte, qui gère ses équipes à l’ancienne et qui pense être le seul à TOUT savoir. Résultat, on fait des choses en mode «old school» et surtout je m’ennuie parce que j’ai l’impression d’être une simple exécutante. J’aimerais bien qu’il se rende compte que nous, les jeunes, nous sommes capables de faire autre chose que de remplir des tableaux Excel !! Que me conseillez-vous ? M.S.- Casablanca 

J’ai fait une tournée dernièrement et je me suis rendu compte que les réunions matinales menées par nos superviseurs étaient d’un très grand ennui ! J’ai pu observer leurs équipes qui les écoutaient à peine, et on aurait même dit qu’eux-mêmes (les superviseurs) étaient encore endormis. Certes, cette réunion est quotidienne (selon nos process) mais elle est très importante pour booster la motivation des vendeurs. Que me conseillez-vous ? O.F.- Casablanca

Je suis commercial et je n’ai pas atteint mes objectifs de vente cette année. J’ai vraiment fait le max, avec beaucoup de rendez-vous et de nouveaux contacts mais les budgets sont de plus en plus petits. Aussi, j’ai bien peur que mon bonus cette année soit quasi nul ! Mais je veux défendre mon dossier. Après tout, je ne suis pas responsable de la situation économique ! Que me conseillez-vous ? O.F.- Casablanca

Je suis complètement débordé par toutes les urgences qui ne cessent de s’accumuler chaque jour. J’ai pas mal de déplacements, et surtout des REUNIONS qui me prennent énormément de temps. Sachant que je perds un temps fou dans les embouteillages en ville, je voudrais proposer à mes clients et partenaires d’opter plus souvent pour des visio ou conf’call mais beaucoup sont encore réticents. Comment les convaincre ? Que me conseillez-vous ? C.P.- Casablanca

A chaque fois qu’un de mes collègues a eu besoin de moi j’ai toujours répondu PRESENTE ! Même si j’étais moi-même débordée, je n’hésitais pas à laisser tomber mon travail pour les aider. Mais je me rends compte de plus en plus que ça n’est pas dans les deux sens ! Ainsi, moi si j’ai besoin d’aide, il n’y a personne pour répondre présent. Que me conseillez-vous ? J.I.- Rabat

Mon boss a été tout simplement licencié et je me retrouve donc avec un nouveau n+1 qui arrive de l’extérieur et qui, dans quelques semaines, est censé évaluer mon travail pour cette année. Et de cette évaluation découlera bien sûr mon bonus ! Maintenant comment faire pour mettre toutes les chances de mon côté car il ne me connaît pas (ou très peu), et, franchement, je ne vois pas comment il peut m’évaluer équitablement dans ce type de contexte !Que me conseillez-vous ?C.P.- Rabat

Je lis vos conseils d’une manière régulière et je trouve toujours intéressant ce que vous écrivez même si je suis encore un étudiant. Et c’est pour cette dernière cause que je m’adresse à vous aujourd’hui. Je suis un étudiant en 2e année dans une école de commerce et de gestion, et je voudrais savoir comment je peux me développer et sur quels points pour augmenter mes chances de trouver un emploi intéressant après ces 3 ans de formation qui me restent. Que me conseillez-vous ? A.C.- Casablanca

J’ai la chance de travailler avec la même équipe depuis des années.
Nous nous connaissons très bien, nous avons partagé tellement de choses ensemble ! Le seul hic c’est que je sens que nous nous sommes relâchés depuis quelque temps. Nous avons tellement l’habitude de faire ce que nous faisons que nous commençons à le faire mal. Je ne sais pas trop comment redresser la barre tellement les habitudes sont ancrées et la conviction de la plupart de faire «bien» est ancrée ! Que me conseillez-vous ? G.T. – Casablanca

Cela fait presque 24 ans que je travaille. J’aimais beaucoup ce que je faisais, je me suis même battue pour être là où je suis. Mais aujourd’hui je me rends compte que je ne veux plus de cela pour ma vie. Je suis fatiguée des contraintes, de certains clients aux exigences démesurées et j’avoue ne plus rien apprendre et encore moins m’amuser dans ce que je fais. En fait, je m’ennuie. J’ai l’impression que si je continue sur cette voie je risque de rater ma vie. Que me conseillez-vous ? P.R.- Rabat

Notre entreprise est en train de s’ouvrir à l’Afrique et, à ce titre, nous devons apprendre à travailler avec des personnes qui ont une approche et une culture différente de la nôtre. Je me demandais s’il existait des astuces pour justement faire en sorte que ces différences ne se transforment pas en freins à la performance ? Que me conseillez-vous ? D.T.- Casablanca

Je ne comprends pas cette course pour le prix le plus bas de mes clients ! Est-ce qu’ils se rendent compte que nous devons NOUS aussi gagner notre vie ? Ou est-ce qu’ils pensent que nous sommes tellement honorés de les avoir pour clients que nous sommes prêts à perdre de l’argent pour eux ? Et bien sûr, il y a toujours un fournisseur bien moins cher que nous! D’ailleurs, je me demande bien comment ce fournisseur arrive à survivre avec des tarifs pareils ! Que me conseillez-vous ? G.P.- Casablanca