Votre Carrière

La pression est de deux sortes : celle que l’on s’impose soi-même
et celle que nous font subir les autres.
Planification et pouvoir de persuasion restent les seuls moyens d’alléger
la pression.

Autrefois utilisé pour le reclassement, le bilan de compétences
est aujourd’hui un outil efficace pour redonner un élan à
sa carrière.
Mobilité, promotion, formation, reconversion… le bilan peut être
envisagé dans différents cas de figure.
Il est aussi l’occasion de découvrir des talents caché…

Rarissimes autrefois, les cursus de formation dans le domaine sont aujourd’hui
plus nombreux.
Le niveau des cadres en RH a évolué : au moins un bac+ 2 pour les
tâches administratives et un niveau «cadre supérieur»
pour gérer toute la fonction.
N’est pas DRH qui veut : l’expérience du terrain reste une condition sine
qua non pour réussir dans le métier.

La certification devient un passage obligé pour conserver ses parts
de marchés.
La création de départements qualité s’accompagne
d’une demande de profils adaptés.
Le plus souvent de type ingénieurs, les qualiticiens doivent aussi être
de bons managers.

Quand la vie professionnelle prend le pas sur le reste, on culpabilise et on finit
par devenir moins efficace au travail.
Pour ne pas traîner au bureau, il convient de bien hiérarchiser ses
tâches et de savoir déléguer.
Pauses prolongées, discussions futiles, coups de fil prolongés…
lutter contre ces voleurs de temps permet de s’occuper «utile».

Ils proposent des tarifs compétitifs par rapport aux cabinets.
L’irrégularité des revenus est un aléa avec lequel ils doivent
composer.
Gestion souple du temps de travail, absence de pesanteurs hiérarchiques,
il y a de multiples raisons au choix de ce statut.

Elle est culturellement difficile à accepter.
Il convient de s’informer avec soin sur son futur cadre de vie et surtout
de verrouiller son contrat.
On peut refuser si l’éventualité d’un déplacement
n’est pas spécifiée dans le contrat de travail, mais on
renonce ainsi à des possibilités de promotion rapide.

Chômage, licenciement, année sabbatique…une pause prolongée
dans la vie professionnelle ne doit pas être vécue comme une fatalité.
Formation, reconversion, petits boulots…
les solutions pour rebondir ne manquent pas.
Les entreprises nouvellement créées présentent d’importantes
opportunités pour renouer avec le monde du travail.

Bonne hygiène de vie et volonté permettent d’éviter
le relâchement.
Accomplir les tâches exigeant de la concentration le matin et expédier
les affaires courantes en début d’après-midi.
Parmi les effets positifs du Ramadan, les soirées qui permettent d’élargir
son réseau.

Réservé autrefois aux non qualifiés, l’intérim
touche à présent tous les profils, même les directeurs généraux.
Il permet aux seniors touchés par les restructurations de rester sur le
marché du travail.
Il ne doit pas être un objectif à long terme pour un cadre en début
ou milieu de carrière.

Les exemples de réussite où la passion guide nos choix professionnels,
mais la réalité est souvent tout autre.
On se découvre de nouvelles vocations tout au long d’une carrière.
La fièvre d’un projet en chantier, la réalisation de soi ou encore
l’ambition sont de puissants moteurs de satisfaction.

Face à une conjoncture défavorable, la polyvalence est un atout
majeur.
Plus que pour un simple salarié, cette aptitude est essentielle pour un
cadre.
Attention : à trop vouloir cultiver la polyvalence, on risque de se retrouver
sans compétences réelles.