Economie

L’Office national des aéroports (ONDA) s’est engagée, pour la période 2004-2007, sur un programme d’investissement portant sur pas moins de 3 milliards de DH, en vue de moderniser ses aéroports. Objectif : accroître les capacités du système national du trafic

Déjà élevé, le déficit budgétaire peut s’aggraver au cours des prochaines années et devenir insoutenable.
Le taux de croissance est trop faible pour réduire la pauvreté et le chômage.
La croissance est erratique en raison d’une trop forte dépendance à l’agriculture.
L’investissement reste bloqué par la machine administrative et une justice non fiable.

Ils dénoncent le nouveau projet de code de la pharmacie, élaboré sans concertation avec la profession.
Leur situation financière s’est particulièrement dégradée au cours des dernières années.

L’Office national des chemins de fer (ONCF) a engagé depuis deux ans un vaste programme d’investissement en vue d’élargir les infrastructures, de renforcer celles déjà  existantes et d’améliorer les conditions d’exploitation

En dépit d’une année noire pour le transport aérien, elle a pu reconstituer ses fonds propres et son ratio d’endettement s’est détendu.
Pour assurer sa rentabilité, elle devra surveiller étroitement ses marges.

L’hôtel de Kénitra a été cédé

Farah Maghreb envisage sérieusement de confier la gestion de l’hôtel Farah Casablanca à un professionnel étranger de renom.

Un fonds d’investissement doté de 20 millions d’euros sera créé.

La société Dentabel qu’il dirige avec son frère connaît de graves difficultés financières.
Il est poursuivi pour vol et falsification de documents.
Son frère a été condamné pour falsification et contrefaçon d’un sceau de l’Etat.

Les grands projets actuellement en chantier portent sur plus de 50 milliards de DH d’investissement.
Routes, autoroutes, ports… l’objectif est de faire du Maroc une plateforme de transformation et de transit.
Neuf secteurs à la loupe.

Réaménagement des tranches de l’IGR et taux de TVA unique à 12%.
Pour compenser le manque à gagner en recettes fiscales, l’informel pourrait être intégré dans l’économie grâce à une fiscalité progressive.

Le réseau routier national est actuellement d’une longueur de 57 227 km, dont 11 288 km de routes nationales (RN), 10 152 km de routes régionales (RR) et 35 787 km de provinciales (RP).

A l’instar des secteurs sociaux, la Santé publique est incontestablement le domaine où le Maroc accuse le plus grand retard et les plus grandes lacunes, aussi bien sur le plan qualitatif que quantitatif.