Economie

Le capital de la Sidet, propriétaire des hôtels Amadil d’Agadir et Atlas de Marrakech, passe de 75 MDH à 30 MDH

Objectif : préparer la fusion Sotoram-Sogatour.

A leurs difficultés financières sont venues s’ajouter les dispositions contraignantes du nouveau code de la pharmacie.
Le chiffre d’affaires moyen d’une pharmacie est tombé de 1,5 MDH en 1997 à 700 000 DH aujourd’hui.
La primature propose un protocole d’accord pour désamorcer la crise.

Mauvaise nouvelle pour les écolos. L’Etat a finalement lâché du lest sur la généralisation du gasoil 350 PPM, qui devait intervenir en septembre 2005. En effet, le programme d’investissement de la SAMIR ayant été retardé, il n’était pas possible pour

Entre 1994 et 2004, la population qui s’est accrue de 3,8 millions de
personnes a augmenté de 14,6 %
Le Grand Casablanca, Souss-Massa-Draa
et Marrakech-Tensift-Al Haouz concentrent le tiers de la population.

Selon la FNSPM, il est passé de 3 600 à  7 000 pour tout le pays. Sans oublier que, chaque année, 800 nouveaux lauréats environ arrivent sur le marché, avec l’objectif d’ouvrir une officine…

Le total bilan a été revu à la hausse et l’âge de l’entreprise revu à la baisse
Le montant des programmes d’investissement acceptés a été doublé.

Deux ans après l’entrée en vigueur de la nouvelle loi, l’Office du transport reste l’acteur incontournable du marché

Les entreprises se réorganisent timidement et l’activité de commissionnaire peine à voir le jour.

Peut-on dire aujourd’hui que le problème de la sécurité au niveau du raffinage est en voie d’être résolu ? La convention signée avec la Samir engage cette dernière à respecter et appliquer toutes les recommandations de l’audit diligenté par le

Le nombre d’autorisations de sortie accordées aux bateaux dépasse celui du plan d’aménagement.

Déprotection, fusions-acquisitions et gros chantiers d’infrastructures boostent l’offre.
Les entreprises sont à la recherche de cadres intermédiaires, mais également de jeunes diplômés.

Aux grands maux, les grands remèdes. La direction générale des Impôts a, ces dernières années, concentré ses efforts sur le contrôle fiscal. En 2002, le redressement fiscal a rapporté à l’Etat 1,6 milliard de DH. En 2003, un record est

Faux et usage de faux, déclarations tronquées, ventes et achats au noir, formations fictives, fuite de devises à l’étranger… les techniques du mal sont multiples.
Détresse des salariés, corruption, poids du secteur informel figurent parmi les facteurs qui entretiennent le système.