Maroc Loi de Finances

Les dispositions fiscales contenues dans la loi des finances 2016 visent principalement la promotion de l’investissement et le soutien de l’entreprise, a indiqué, jeudi à Casablanca, le directeur général des Impôts au ministère de l’Economie et des finances, Omar Faraj.

Le Forum des Chercheurs du ministère de l’Economie et des Finances (FCMEF) organise une caravane de sensibilisation et de communication autour de la loi de finances 2016.

La Loi de finance 2016 est « réaliste » et tend à réaliser une croissance à la fois soutenue, durable et génératrice de revenus, a indiqué, mardi à Rabat, le ministre de l’Economie et des Finances, Mohammed Boussaid.

Le projet de loi de finances pour l’année 2016 est un projet volontariste, ambitieux et intégré visant à consacrer les acquis et à poursuivre les efforts en vue de garantir une vie décente au citoyen, a indiqué mardi à Rabat, le ministre de l’Economie et des Finances, Mohammed Bousaid.

La Chambre des représentants a approuvé lundi soir à la majorité, lors d’une séance plénière, le projet de loi de finances au titre de l’exercice 2016 (PLF 2016).

La discussion générale de la première partie du projet de loi de finances (PLF) 2016 a été achevée, jeudi soir, à l’issue des interventions des groupes du Mouvement Populaire, du Progrès et du Socialisme (Majorité) et de l’Union Constitutionnelle (Opposition), outre l’intervention du groupe de l’alliance du centre.

Le groupe du Rassemblement National des Indépendants (RNI) à la Chambre des Représentants a qualifié de « positif » le contenu du projet de la loi de Finances 2016, alors que les groupes Authenticité et modernité et de l’Union socialiste des forces populaires (USFP) ont estimé que ce projet est « faible et ne se distingue en rien par rapport à ses prédécesseurs ».

Le projet de loi de finances 2016 qui se veut une étape fondamentale dans le processus de développement que connait le Maroc, soutient le pouvoir d’achat des citoyens et des secteurs sociaux, a affirmé le ministre de l’Economie et des

Les dépenses de fonctionnement plafonnent à  183 milliards de DH au lieu de 195 milliards en 2015. L’investissement du Budget général grimpe à  61,4 milliards de DH contre 54,1 milliards en 2015.

Elles viennent de soumettre leurs copies à  la DGI qui leur fera part de ses remarques dans deux semaines. Immobilier, transport, BTP, mines, agroalimentaire, textile et tourisme : des secteurs ressuscitent de vieilles doléances, d’autres introduisent de nouvelles demandes.

Le Projet de loi de Finances 2015 a été adopté, dimanche 16 novembre 2014 par la Chambre des Représentants, à  la majorité des voix (174 pour et 87 contre).

Le Projet de loi de Finances 2015 a été adopté, dimanche 16 novembre 2014 par la Chambre des Représentants, à  la majorité des voix (174 pour et 87 contre).