Immobilier

Facemag couvre une large palette de consommateurs, allant de l’économique au haut standing, en passant par l’hôtellerie de luxe. L’industrie céramique marocaine est victime de coûts de production élevés, notamment à cause du coût de l’énergie.

La consommation de ciment pourrait finir l’année au même niveau que 2015. La société a réceptionné deux projets en 2016 : une ligne d’assemblage de volets roulants et un système d’alimentation de matière première.Les perspectives pour les deux prochaines années restent prometteuses.

Toute une gamme de produits à l’eau avec un aspect mat, satiné ou brillant, voit le jour sur le marché. Arcol propose des peintures dépolluantes qui assainissent l’air intérieur.

Une lettre d’expression d’intérêt de coopération a été signée par le ministre de l’habitat et de la politique de la ville. Le but est de promouvoir les normes de transparence et de gouvernance dans le secteur de la construction. Le Maroc est déjà engagé dans l’efficacité énergétique à travers l’AMEE.

A la première heure de l’ouverture du salon, les exposants s’attellent à mettre en place leurs produits. De nouvelles sociétés intègrent le SIB pour la 1ère fois, attirés par le potentiel de développement du marché marocain.

«Les professionnels sont très enthousiastes à la tenue d’ateliers thématiques».

Les opérateurs du secteur du BTP ont les yeux rivés sur la construction durable et éco-responsable. La 16e édition du Salon International du Bâtiment (SIB) s’inscrit dans cette thématique qui va dans le droit fil des objectifs du développement durable fixés lors de la COP22 tenue à Marrakech cette année. De ce fait, le secteur de la construction, avec toutes ses filières, évolue avec le temps et en fonction de la demande des clients, des tendances internationales et surtout au gré des changements environnementaux. Que ce soit les matériaux de construction, les équipements, les peintures, ou autres, tous les sous-secteurs collent actuellement à la donne climatique. D’ailleurs, au moment où certains proposent des produits à base de matières écologiques, peu, voire pas du tout, polluantes, d’autres s’attaquent à l’optimisation du facteur énergétique en favorisant des équipements peu consommateurs d’énergie propre. Ils sont donc plusieurs à développer de nouvelles technologies et adopter de nouvelles techniques en vue justement de tendre vers un secteur toujours aussi professionnel et organisé, mais climato-responsable. Et c’est ce point-là qui distinguera désormais un opérateur d’un autre.
En tout cas, les enjeux sont énormes ; les nouveautés et les attentes le sont tout autant. Et il va sans dire que le Maroc est bien positionné dans son continent en matière de préservation de l’environnement. L’exemple le plus remarquable reste l’engagement de l’Agence marocaine de l’efficacité énergétique (AMEE) en la matière.
En effet, cela fait quelques années que l’agence a confirmé cet investissement en mettant en œuvre l’efficacité énergétique ou encore la réglementation thermique dans le bâtiment. Pas que cela. Le Royaume a des ambitions colossales dans ce domaine puisqu’il a établi toute une stratégie dans divers domaines dont la finalité est la préservation de l’environnement n

Organisé sous le thème «Vers un cadre bâti durable», le SIB 2016 se veut un moment important dans le processus de dialogue et de concertation entre les professionnels et les acteurs du bâtiment au service du développement durable du secteur.

Le coup d’envoi du 16ème Salon International du Bâtiment (SIB) a été donné le mercredi 23 novembre 2016 à Casablanca, en présence de plusieurs personnalités économiques et gouvernementales.

Qu’est-ce qui pourrait bien tirer le marché immobilier de Rabat de sa torpeur ? Si les prix ont fini par céder dans quasiment toutes les villes, avec une reprise des transactions, l’offre fait de la résistance à Rabat.

Ils restent peu réceptifs à cette certification et remettent en question sa crédibilité. Le label est resté sans effet sur l’activité de la majorité des promoteurs qui l’ont décroché. Les professionnels pointent le déficit de communication autour du label.

La Fédération nationale du bâtiment et des travaux publics (FNBTP) a élu à l’unanimité, lors de son assemblée générale tenue récemment à Rabat, El Mouloudi Benhamane, président de la Fédération.