Immobilier

Après un délai d’adaptation d’un an, les opérateurs ont toujours besoin d’informations et de sensibilisation pour mieux assimiler le contenu de la loi. Selon eux, le coût de la mise en conformité avec la loi calculé par l’ADEREE est sous-évalu.

Le marché de l’immobilier au Maroc s’est redressé en octobre, selon le baromètre du portail Mubawab.ma, après une pause observée un mois auparavant.

Le promoteur français lance la construction de 290 appartements au niveau des Faubourgs d’Anfa, son complexe au nouveau quartier Casa-Anfa. Il s’agit du premier programme résidentiel au Maroc certifié Haute qualité environnementale (HQE).

Al Omrane livre des villas semi-finies à 1 MDH, des lots de terrains à partir de 1 600 DH/m2 et des logements sociaux à 250 000 et 140 000 DH. Les équipements publics accompagnent la cadence : une école primaire

Le secteur de l’immobilier coté à la Bourse de Casablanca a affiché une légère progression de 5,65 %, à fin octobre dernier, ramenant sa contre-performance annuelle à -39,30 %, contre -42,54 % un mois auparavant.

Un protocole d’accord a été signé mercredi à Casablanca entre la société Al Omrane Casablanca et l’Union nationale des petits promoteurs immobiliers (UNPPI) pour la réalisation de 400 logements de 140.000 DH au profit des familles démunies.

Sur 400 000 m2 produits et mis en chantier depuis 2013, seuls 135 000 m2 ont trouvé preneur. Cet écart s’explique par une offre bien au-dessus des besoins du marché. Allongement du rythme d’écoulement par manque de confiance des clients.

Le président de leur instance nationale plaide pour un code global intégrant les deux corps de métier. Les notaires estiment que cette profession n’est pas en mesure d’intervenir dans les contrats immobiliers.

Les filiales de banques françaises lancent des offres inédites pour gagner des parts de marché : jusqu’à  3,99% fixes. Attijariwafa bank et CIH Bank ont révisé à  la baisse leurs grilles tarifaires pour toutes les catégories de clientèle.

Thomas & Piron lancera les travaux de son projet résidentiel «Louise» à  Casa-Anfa dans un mois.
Il compte s’appuyer sur son savoir-faire développé en Belgique pour percer au Maroc.

De 20 000 DH il y a 4 ou 5 ans, le prix du mètre carré d’un bien neuf ou de seconde main est descendu autour de 12 000 DH. Les prix des logements de qualité n’ont pas bougé.

L’Ordre régional a convenu avec les établissements publics développant des projets immobiliers d’un système de répartition des dossiers.