e-commerce

L’efficacité du contrôle effectué par la CNDP ne fait pas l’unanimité. Toutefois, cet organisme a procédé à plusieurs contrôles de sites web depuis 2014 et relevé plusieurs manquements à la législation.

La sécurité des transactions en ligne a beaucoup évolué, d’abord par l’adoption du code statique et ensuite par la généralisation du code à usage unique. La Société Générale a investi beaucoup de moyens pour mettre en place des solutions innovantes, sécurisées et pratiques. Une nouvelle technologie a vu le jour à l’étranger, la CVV Dynamique, mais demeure encore embryonnaire au Maroc.

Le client peut à tout moment contacter le e-commerçant dès qu’une différence est relevée entre la marchandise commandée et celle reçue. Les market places interviennent au cas où aucune solution n’est trouvée entre les parties. Un délisting total du vendeur de la market place est possible.

Le paiement en ligne des taxes locales au niveau de la TGR affiche une croissance importante depuis son lancement en 2009. Chez la DGI, le nombre de télédéclarations et de télépaiements a plus que doublé en 2016.

Trois catégories de produits font aujourd’hui la force du site à savoir l’électroménager, les produits high-tech et les produits de beauté. 90% des transactions sont payées en espèces au moment de la réception des colis par les clients.

Les Marocains recourent au e-paiement surtout pour régler leurs factures et acheter des billets d’avions à prix réduits. Les services de l’e-gov se sont démarqués cette année, avec une croissance de plus de 130%. Le panier moyen est en recul d’année en année.

Les market places Jumia Mall et Jumia Market se distinguent par la force de leur structure et la qualité des produits et services proposés. Le paiement de la marchandise à la livraison est effectué dans 95% des transactions. D’autres structures ont été développées à l’instar de Jumia Food, Jumia Deal et Jumia Travel.

Le e-paiement continuera de croître avec l’arrivée de nouvelles régies de distribution d’eau et d’électricité ainsi que l’ONEE. 90% des opérations sont authentifiées en mode 3DS avec un code dynamique unique. Les fraudes enregistrées en 2016 ont concerné exclusivement des cartes étrangères.

Si le gros de l’activité monétique est toujours généré par les retraits d’espèces sur les GAB, le e-commerce et le paiement en ligne enregistrent chaque année une croissance à deux chiffres. Une tendance favorisée par le changement des habitudes de consommation, la démocratisation d’internet et les efforts des opérateurs pour gagner la confiance des e-consommateurs.

Les noms de domaine «.ma» ne dépassent pas 60 000 au Maroc contre 3 millions de «.fr» en France et 10 millions de «.uk» au Royaume-Uni.

Un grand pas a été réalisé dans la modernisation des démarches administratives mais beaucoup reste à faire. Des mesures et des centaines de téléservices diversifiés sont déjà disponibles pour faciliter les process.

Le paiement électronique est tiré, à hauteur de 81%, par le secteur des télécoms, les distributeurs d’eau et d’électricité et les compagnies aériennes. Les transactions globales en 2016 devraient augmenter de 23,7% en nombre à 3 millions d’opérations et de 20% en volume à 1,6 milliards de DH.