BTP

Elle devrait réaliser un chiffre d’affaires de 160 MDH en 2017, soit une progression de 20%. Elle mise sur l’innovation pour son développement national et ne manque pas de s’ouvrir sur les pays étrangers.

Les professionnels devrait finir l’année avec une croissance des ventes de 15%, similaire à celle de l’année dernière. La poursuite des grands projets leur permet de résister au phénomène de l’importation de matériel d’occasion et la location d’engins.

La morosité touche toutes les filières du secteur. Mais les industriels ne lésinent pas sur les moyens pour trouver des débouchés. Ils tablent sur les effets positifs escomptés du contrat de performance.

Certains professionnels abaissent anormalement leur budget pour être sélectionnés. L’approche du moins-disant est généralement pratiquée dans l’Administration. L’application du guide des honoraires est recommandée.

Le nombre de projets de plus de 50 millions de dollars est en hausse de 5% en 2017. Malgré tout, le continent souffre d’un déficit considérable en matière d’infrastructures.

Le contrat programme du secteur du BTP sera signé lors du salon qui devrait réunir 200 exposants venus de plus d’une trentaine de pays. La FNBTP lance un message fort d’optimisme à travers cet événement.

Un contrat-cadre et des contrats spécifiques devraient être signés lors de la 5e édition du BTP Expo. La convention engagera les professionnels du BTP et du conseil et de l’ingénierie, d’une part, et les pouvoirs publics, d’autre part, sur un ensemble de mesures à décliner à l’horizon 2022.

Un cahier revendicatif vient d’être présenté au chef du gouvernement. La Fnbtp demande l’adoption d’un Code de la commande publique. On réclame aussi de nombreux ajustements au niveau de la commission nationale de la commande publique et davantage d’uniformité dans le système de classification et de qualification des entreprises.

La faiblesse des commandes publique et privée affecte l’activité des entreprises du secteur. Celles-ci pâtissent aussi de la concurrence étrangère, de l’informel et de l’accumulation des impayés. A cause du manque de visibilité, la machine tourne sans l’élaboration de stratégies.

Une audience a été accordée par le chef du gouvernement à la Fnbtp le 3 novembre. Le gouvernement compte dérouler une nouvelle vision stratégique pour le développement du secteur. La 5e édition du BTP Expo sera surtout l’occasion de diffuser des messages d’optimisme volontariste.

Mise en place de l’Observatoire du BTP, un référentiel des prix pour le marché des travaux, simplification des procédures et amélioration des délais de paiement dans les marchés publics… le ministère a ouvert plusieurs chantiers. Les critères de classification et de qualification vont être révisés pour améliorer les conditions de traitement des dossiers et d’octroi des certificats.

Les opérateurs du BTP envisagent l’avenir sous de meilleurs auspices depuis qu’ils ont trouvé une oreille attentive auprès du chef du gouvernement. Le secteur devrait stagner sur l’année en cours dans le sillage d’une évolution hésitante depuis 2012. Les défis restent nombreux : faiblesse de la demande du secteur privé, contraintes et tracas de la commande publique, concurrence étrangère, bradage des prix…