Posts From Tahar Abou El Farah

El Malki va-t-il réussir là où ses prédécesseurs ont échoué ? Il est légitime d’en douter.

En 1978, le Maroc était dans une impasse politique, le RNI a été créé pour constituer une alternative. Comme il l’a fait à sa création, le RNI s’en retourne aujourd’hui vers ceux qui ne se retrouvent plus dans l’offre politique actuelle. L’action, la politique de proximité et l’intérêt du citoyen avant tout, c’est désormais le credo du RNI «new age».

La lutte contre le terrorisme continue et la vigilance des forces de l’ordre est maintenue au même niveau. Les résultats sont patents. Ainsi, selon le ministère de l’intérieur, au cours de l’année écoulée, 16 cellules terroristes ont été démantelées à travers le Royaume.

Le chef de l’Exécutif évite aux membres de son équipe ce qui risque d’affecter leur action.

La majorité, pour ne pas dire la totalité des sorties du ministre chargé des affaires générales, Lahcen Daoudi, depuis qu’il a été nommé portent sur la Caisse de compensation.

Nouveau secrétaire général, nouvel envoyé personnel, nouveau contexte international et nouvelle approche des négociations. Alors qu’on s’attendait à une proposition de leur part, les Etats-Unis font confiance au plan d’autonomie comme base de négociations. Il n’y aura pas de retour au point de départ, les pourparlers seront repris là où ils ont été laissés en 2012.

El Othmani commence à prendre les affaires en main.

Le Royaume recevra sous peu le représentant personnel du SG.

En attendant la clarification de ses attributions en tant que nouveau ministre chargé des droits de l’Homme, Mustapha Ramid vient de passer son premier examen oral.

Le PJD est plus divisé que jamais, ses dirigeants se servent des réseaux sociaux pour laver leur linge sale. Acculé, Hamid Chabat de l’Istiqlal se plie aux exigences de ses adversaires. Driss Lachgar, en homme d’appareil, ne semble pas se soucier des réactions de ses adversaires.

Il s’attèle à transformer la déclaration gouvernementale en programme d’action.

Le vote d’investiture a eu lieu mercredi, le gouvernement entre pleinement en action. En plus du PLF, il doit préparer son plan d’action, accélérer les projets de loi organiques en souffrance et remettre en marche la machine économique. Campant parfaitement son rôle, l’opposition rejette le programme qu’elle qualifie de vague et d’imprécis.