Posts From Loubna Chihab

Cinquante investisseurs étrangers de renom ont été invités par CFG Bank à rencontrer les émetteurs marocains. Le marché boursier se distingue dans la région par plusieurs atouts mais souffre toujours de son manque de liquidité.

La marge d’exploitation moyenne s’élève à 26,7% et la marge nette à 16,2% au premier semestre. Les locomotives de la cote gagnent moins, mais leur activité reste très rentable. Concurrence, renchérissement des intrants, investissements…, plusieurs facteurs expliquent le repli.

Hausse du chiffre d’affaires de 7,4% et du résultat net de 11%. La société prévoit une légère hausse de l’activité sur toute l’année.

Légère baisse du résultat d’exploitation global, une première depuis deux ans. Maroc Telecom, LafargeHolcim, Addoha et les banques ont pesé sur la rentabilité de la cote. Le résultat net global croît de 8%, boosté par des éléments non récurrents.

L’export éponge en partie la baisse d’activité sur le marché domestique. Hausse du résultat net consolidé de 19,8% suite à la baisse d’impôts liée au déficit fiscal de 2016.

Net redressement de l’activité et des marges suite aux mesures de défense commerciale mises en place par les autorités. La société poursuit ses investissements pour augmenter sa capacité de production et améliorer son efficacité énergétique.

Le roi Felipe VI a affirmé son « engagement en tant que Roi pour l’unité et la pérennité de l’Espagne », ainsi que celui de la Couronne espagnole envers la Constitution espagnole et la démocratie.

En 8 ans, la valeur du bitcoin est passée de quelques millièmes à des milliers de dollars ! Au Maroc, le volume quotidien des transactions est d’environ 200 000 dollars. La décentralisation et la transparence des transactions constituent les points forts de cette monnaie virtuelle.

Un résultat net part du groupe en hausse de 14,7 au premier semestre. La société table sur un chiffre d’affaires de 8,3 milliards de DH à fin 2017. Les contrôles fiscaux ne devraient pas impacter ses résultats.

Tous les indicateurs affichent une croissance à deux chiffres. Le portefeuille de placements recèle des plus-values latentes dépassant 1 milliard de DH. L’année devrait se terminer sur des performances aussi solides.

La production tourne au ralenti mais l’offre reste très abondante. A Casablanca, les prix ont été revus à la baisse de 10 à 30%. Selon les prévisions, le manque de dynamisme devrait se prolonger jusqu’en 2020.

Le groupe a profité de la reprise du crédit pour atténuer la pression sur la marge d’intermédiation. Le résultat net part du groupe progresse de 9,3%, boosté par la baisse du coût du risque et des intérêts minoritaires.