Posts From Jaouad Midech

Adopté en conseil du gouvernement le 17 mars dernier, le projet de loi (2003-13) relatif à la lutte contre la violence à l’égard des femmes suscite l’ire des associations féministes. Elles le considèrent non conforme à la Constitution de 2011 et ne met pas fin à l’impunité quant aux actes de violence et de discrimination commis à l’égard de la femme.

Avec une moyenne de 854consultations par jour, le CHU Ibn Rochd offre le plus grand nombre de soins au Maroc. Il compte 3850agents et une capacité de 1630lits. De 318 médecins-enseignants en 2012, cette structure n’en compte plus que 281 en 2016.

Aujourd’hui, il y a un appel officiel à une révision des programmes scolaires dans les écoles. Le chantier d’examiner à la loupe les manuels scolaires pour les expurger de toute incitation à l’extrémisme religieux et à la violence sera bientôt lancé.

La stratégie nationale de lutte contre la corruption est officiellement présentée, il ne lui manque plus que le vote du Parlement. L’Instance nationale de probité et de lutte contre la corruption n’attend plus que la nomination de ses membres pour entrer en fonction.

L’espace public est inondé d’actes incivils : sur les routes, dans les transports en commun, dans les immeubles en copropriété, dans les écoles… Dans les transports publics, ce sont les femmes qui en sont les plus victimes : harcèlements sexuels, vols, violences, insultes…Les personnes à mobilité réduite aussi.

La recomman-dation du CNDH d’instaurer l’égalité en matière successorale continue d’alimenter un vif débat. C’est la première fois qu’un organe constitutionnel le demande.

Le CNDH s’attaque, à travers ses commissions régionales, à la formation du personnel des prisons aux valeurs des droits de l’Homme. Plus de 9 000 fonctionnaires, dont 6 183 surveillants de sécurité, encadrent 75 000 détenus dans 77 prisons. Un taux en deçà de la norme internationale qui est de 1 surveillant pour 3 détenus.

Les relations entre l’Administration et les citoyens souffrent toujours de quelques dysfonctionnements: mauvais accueil, retard pour l’obtention de documents administratifs… Ce sont les services communaux qui sont le plus pointés du doigt : manque d’organisation et de professionnalisme.

Les jeunes de 15 à 20 ans sont la cible de tous les dangers: cigarette, alcool, drogue, violence, extrémisme religieux… La drogue est le risque le plus fréquent. La société et l’école actuelles ne sont pas tendres avec les jeunes, elles sont traversées de tensions familiales, sociales et de violences.

«Les parents sont toujours un modèle pour les enfants si ce n’est le premier»

Ma modeste recherche est un essai de compréhension de la véritable genèse du «Maroc moderne»