Ciments : Pas de redressement des ventes en vue
30 avril 2018
Lavieeco (25050 articles)
0 Commentaire
Partager

Ciments : Pas de redressement des ventes en vue

La société de bourse considère la valeur LafargeHolcim comme une entreprise solide jouissant d’une situation financière saine, et ayant la capacité de dégager des marges importantes, malgré un contexte sectoriel difficile.

Selon les analystes, la spécificité du secteur réside dans son pouvoir de détermination des prix, suite à sa situation oligopolistique (deux opérateurs contrôlent 78,5%des ventes du marché ciment) et au coût élevé du transport. Cette spécificité fait que malgré le recul important des volumes, un cimentier est en mesure de maintenir les prix, voire de les augmenter dans un marché concentré. Dans ce sillage, les estimations tablent sur une hausse de 2,9%. Il s’agit d’une hypothèse prudente dans la mesure où, en 2013-2014, les groupes cimentiers ont pratiqué des hausses de prix allant bien au-delà de 3%, alors que les volumes baissaient de 6,3% en 2013 et 5,4% en 2014. Il faut noter par ailleurs, que cette démarche a déjà été entamée puisque, selon le dernier recensement de CDG Capital sur le marché, les prix ont augmenté de 3% entre décembre 2017 et mars 2018.Selon les analystes, la spécificité du secteur réside dans son pouvoir de détermination des prix, suite à sa situation oligopolistique (deux opérateurs contrôlent 78,5%des ventes du marché ciment) et au coût élevé du transport. Cette spécificité fait que malgré le recul important des volumes, un cimentier est en mesure de maintenir les prix, voire de les augmenter dans un marché concentré. Dans ce sillage, les estimations tablent sur une hausse de 2,9%. Il s’agit d’une hypothèse prudente dans la mesure où, en 2013-2014, les groupes cimentiers ont pratiqué des hausses de prix allant bien au-delà de 3%, alors que les volumes baissaient de 6,3% en 2013 et 5,4% en 2014. Il faut noter par ailleurs, que cette démarche a déjà été entamée puisque, selon le dernier recensement de CDG Capital sur le marché, les prix ont augmenté de 3% entre décembre 2017 et mars 2018.Ainsi, en 2018, tous les producteurs de ciment devraient être confrontés à une hausse des coûts des matières premières, suite à un fort renchérissement du petcoke, lui-même fortement lié aux prix du pétrole brut attendus en hausse. Les prix du diesel et fuel devraient également augmenter, ainsi que les taux de fret puisque le fuel constitue un des gros postes du compte d’exploitation des compagnies maritimes.

LafargeHolcim : des cash-flows en béton et des dividendes élevés

En termes de prévisions chiffrées, sur la base d’un effet prix positif, et un effet volume négatif, le groupe LafargeHolcim devrait réaliser des revenus de 7,9 milliards de DH en recul de 1,7%. Sur le même trend, l’EBITDA devrait s’établir à 3,8 milliards de DH en baisse de 1,5%, soit une marge de 46,6%, suite principalement à la flambée des coûts et, dans une moindre mesure, à la baisse des volumes. A noter toutefois que la hausse des coûts devrait être compensée par la forte utilisation des combustibles alternatifs. Dans ces conditions, les analystes tablent sur un cours cible de2173,10 DH, contre 1 970 DH à la séance du 23 avril.Ce cours cible pourrait toutefois être impacté si Lafarge décide de distribuer moins de dividendes suite à son investissement dans la région de Souss-Massa.

Commentaires

0 Commentaire Soyez le premier à donner votre avis

Commentez cet article

Your data will be safe! Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *