Archive

Après le SG et le comité exécutif, les Istiqlaliens doivent élire le président du conseil national et former les commissions permanentes. Pour les alliances et le positionnement politique, il faut attendre les premières réunions du conseil national. La nouvelle direction promet des rapports normalisés avec les autres formations politiques.

The Indisputable Truth About England Tour of South Africa That Nobody Is Telling You Our Safari experts will probably soon be delighted to offer assist! Cultural funds results in funding. Exclusive small-group Camping Safaris make usage of camping websites which

Le milieu rural abrite 2,4 millions de pauvres contre 400 000 en milieu urbain. 463 000 individus sont frappés à la fois de pauvreté multidimensionnelle et monétaire. La pauvreté globale concerne, elle, 3,9 millions de personnes.

Les ventes du privé ont augmenté de 4,5% en valeur et de 2,5% en unités. Malgré tout, les pharmaciens ne sont toujours pas satisfaits du niveau de la demande. Ils déplorent le faible taux de pénétration des produits génériques.

Sept femmes entrepreneures ont été nominées pour le Prix.

A fin juin, le compte des transactions courantes a accusé un déficit de 38 milliards de DH, en hausse de 60% en glissement annuel. Au vu de cette évolution, faut-il se dépêcher de mettre en œuvre la réforme du régime de change ?

Son offre Assur’Santé International permet de bénéficier d’une panoplie d’avantages au Maroc et à l’étranger.

Ce projet est élaboré sur la base d’un benchmark avec la Turquie, la Malaisie, la Colombie et la Bulgarie réalisé par le cabinet Valyans. Quelques recommandations pourraient être intégrées dans le projet de la Loi de finances 2018. Le patronat insiste sur la mise en place d’un guichet unique investi d’un pouvoir d’exécution et de décision.

Le spécialiste international de la production de complément alimentaire et la conception de programmes de santé préventifs, UNICITY, a ouvert sa première filiale au Maroc, le mercredi 11 octobre 2017 à Casablanca.

Effets pervers

Les chiffres que vient de rendre publics le Haut Commissariat au Plan (HCP) au sujet des structures industrielles du pays sont édifiants à plus d’un titre. Certes, l’on subodorait depuis longtemps que le Maroc s’était affreusement désindustrialisé au profit d’une économie de plus en plus «tertiarisée», dominée par les services. Mais quand on scrute les chiffres officiels de près, la réalité est encore plus amère.