La réforme devait figurer dans la feuille de route des 100 premiers jours du nouveau gouvernement, il n’en sera rien. Le sujet est inscrit au menu revendicatif des syndicats en préparation du dialogue social. Pour certains spécialistes, il faut enclencher la dynamique dès à présent et ne pas attendre que la situation se dégrade.

Une trentaine d’entreprises se sont constituées autour du Groupement des industries ferroviaires du Maroc. L’objectif est de développer le secteur en matière de recherche, d’innovation et de valeur ajoutée. Un contrat programme est en cours de signature avec le ministère de l’industrie.

Durant la campagne 2016-2017, les exportations ont progressé de 22% par rapport à la campagne précédente, à 650 000 tonnes. Le marché local a absorbé 1,56 million de tonnes. Malgré des conditions climatiques défavorables, la production de la prochaine campagne ne devrait pas être impactée.

Le chiffre d’affaires est en hausse de 7%, à 23,1 milliards de DH, grâce à la progression des volumes à l’export. La rentabilité du groupe demeure parmi les plus élevées du secteur. Les investissements se poursuivent avec des décaissements de 7,4 milliards de DH.