Wall Street ouvre en baisse, lestée par Facebook
19 March 2018
AFP
0 Commentaire
Partager

Wall Street ouvre en baisse, lestée par Facebook

Wall Street reculait lundi à l'ouverture, prudente à la veille d'une réunion de la banque centrale américaine (Fed) et entraînée par Facebook qui chutait après des révélations sur l'affaire Cambridge Analytica: le Dow Jones perdait 0,67% et le Nasdaq 1,04%.

Wall Street reculait lundi à l'ouverture, prudente à la veille d'une réunion de la banque centrale américaine (Fed) et entraînée par Facebook qui chutait après des révélations sur l'affaire Cambridge Analytica: le Dow Jones perdait 0,67% et le Nasdaq 1,04%.

Vers 14H45 GMT, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average reculait de 166,20 points à 24.780,31 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, lâchait 77,50 points à 7.404,49 points.

L'indice élargi S&P 500 abandonnait 0,66%, ou 18,07 points, à 2.733,94 points.

Facebook chutait de 5,44% à 175,03 dollars après qu'une enquête réalisée par le New York Times et The Observer, a révélé que la société Cambridge Analytica aurait récupéré les données de 50 millions d'utilisateurs sur le réseau social et s'en serait servi pour élaborer un logiciel permettant de prédire et d'influencer le vote des électeurs.

Facebook a annoncé avoir "suspendu" Cambridge Analytica, mais cette nouvelle vient accentuer la mauvaise passe que traverse le géant des réseaux sociaux dont l'action a chuté de plus de 10% depuis début février.

Ces révélations ont suscité de nombreuses réactions. En Europe, la commissaire chargée de la protection des données personnelles, Vera Jourova, a qualifié ces informations d'"effroyables" si elles sont "avérées" et affirmé qu'elle allait demander des "clarifications" au géant des réseaux sociaux.

Le recul marqué de Facebook pesait sur le secteur technologique dans son ensemble, l'indice regroupant les valeurs de la tech au sein du S&P 500 perdant 1,38%.

Ce secteur est d'autant plus sensible qu'il pèse 25,5% de la capitalisation boursière de cet indice élargi, a rappelé Patrick O'Hare de Briefing.

- Ecrans d'Apple -

Les investisseurs étaient par ailleurs prudents à l'ouverture d'une semaine qui sera marquée mardi et mercredi par la première réunion de la Fed avec Jerome Powell à sa tête.

Les marchés anticipent largement une hausse de taux d'intérêt d'un quart de point et attendent davantage la conférence de presse du nouveau président de la Fed au cours de laquelle de nouvelles prévisions économiques seront annoncées.

"L'interrogation porte sur les prévisions de hausses de taux directeurs cette année et sur la possibilité de faire passer les estimations de trois à quatre" hausses en 2018, a observé M. O'Hare.

Le marché obligataire se tendait un peu: le taux de rendement des bons du Trésor à 10 ans montait à 2,861% contre 2,845 vendredi soir et celui à 30 ans avançait à 3,088% contre 3,077% en fin de semaine dernière.

Parmi les autres valeurs du jour, Apple reculait (-0,92% à 176,39 dollars), alors que la marque à la pomme travaillerait à la conception de ses propres écrans de type MicroLED et effectuerait actuellement des tests en Californie, selon Bloomberg.

Newell Brands (Paper Mate, Parker...) chutait de 5,23% à 27,16 dollars après que le groupe de biens de consommation a indiqué avoir conclu un accord avec le milliardaire et investisseur activiste Carl Icahn qui permettra à ce dernier de désigner quatre administrateurs indépendants. M. Icahn détient 6,9% des actions de l'entreprise.

AT&T (-0,24% à 36,91 dollars) et Time Warner (-0,69% à 95,62 dollars) baissaient alors que va s'ouvrir mercredi un procès déterminant sur l'avenir de leur fusion.

Oracle avançait de 0,20% à 52,38 dollars. Le groupe doit publier ses résultats à la clôture de Wall Street.