GB: nationalisations et réformes au programme du parti travailliste
16 May 2017
AFP
0 Commentaire
Partager

GB: nationalisations et réformes au programme du parti travailliste

Le Parti travailliste, principal parti d'opposition en Grande-Bretagne, promet de nationaliser des entreprises et de mettre fin à l'austérité budgétaire dans son programme en vue des élections législatives anticipées du 8 juin, présenté mardi à Bradford dans le nord de l'Angleterre.

Le Parti travailliste, principal parti d'opposition en Grande-Bretagne, promet de nationaliser des entreprises et de mettre fin à l'austérité budgétaire dans son programme en vue des élections législatives anticipées du 8 juin, présenté mardi à Bradford dans le nord de l'Angleterre.

Son leader Jeremy Corbyn présente ce "programme de l'espérance" comme "responsable et radical", contre "la peur" promise par le Parti conservateur de la Première ministre Theresa May.

Il promet notamment de "mener à bien le Brexit tout en faisant de la préservation des emplois la priorité" et brocarde les Tories, "parti des discriminations" qui a gouverné "pour les riches, l'élite et les intérêts particuliers (...) ces sept dernières années".

En cas de victoire, le Labour prévoit une vague de nationalisations, dans le secteur des transports (ferroviaire et autobus) et de l'énergie.

Le Royal Mail, l'opérateur postal du pays, reviendrait également dans le giron public. Sa privatisation en 2013, sous le gouvernement conservateur de David Cameron, constitue selon le Labour une "erreur historique".

Le Labour promet par ailleurs d'augmenter de 6 milliards de livres (7 milliards d'euros) les fonds attribués au NHS, le service public de santé, et de 1,6 milliard (1,9 milliard d'euros) les dépenses sociales.

Pour financer ces mesures, il veut mener d'importantes réformes fiscales qui visent les entreprises comme les particuliers.

Sa réforme de l'impôt sur le revenu concernerait 5% des contribuables les plus riches et viserait à créer deux nouvelles tranches d'imposition.

Selon le quotidien The Guardian, le taux marginal d'imposition serait porté à 45% (contre 40% actuellement) pour les revenus annuels supérieurs à 80.000 livres (94.000 euros), et à 50% (45% actuellement) pour les revenus supérieurs à 150.000 livres (176.000 euros).

Le Labour souhaite également augmenter l'impôt sur les sociétés à 26% (contre 20% actuellement), et imposer une nouvelle taxe aux entreprises qui versent d'importantes rémunérations. Cette taxe s'élèverait à 2,5% pour les revenus annuels supérieurs à 330.000 livres (387.000 euros) et à 5% au dessus de 500.000 livres (586.000 euros).

M. Corbyn estime ainsi pouvoir réduire les inégalités qui minent selon lui la société britannique.

Un différentiel de salaires maximum de 1 à 20 en entreprise deviendrait un critère d'attribution des marchés publics.

Le Labour a assuré que son programme était équilibré. Les 57 milliards de livres de recettes générées doivent permettre de financer les nouvelles dépenses, estimées à 55 milliards de livres.