Fitch maintient la note de la Chine à A+ mais s'inquiète de la dette
14 July 2017
AFP
0 Commentaire
Partager

Fitch maintient la note de la Chine à A+ mais s'inquiète de la dette

Fitch Ratings a prévenu vendredi que la dette croissante de la Chine pourrait provoquer un "choc économique et financier" mais a maintenu malgré tout la note A+ avec une perspective stable.

Fitch Ratings a prévenu vendredi que la dette croissante de la Chine pourrait provoquer un "choc économique et financier" mais a maintenu malgré tout la note A+ avec une perspective stable.

Cette annonce fait suite à la décision surprenante de Moody's en mai de dégrader la deuxième économie mondiale pour la première fois en prés de trois décennies en raison de l'explosion de sa dette et du ralentissement de sa croissance.

Alors que les finances extérieures de la Chine sont robustes et que les perspectives de croissance à court terme sont "favorables", Fitch estime que "des niveaux d'endettement élevés et croissants" dans le secteur non financier constituent un risque significatif.

"L'effet de levier global tout en suivant les objectifs ambitieux de croissance du PIB augmente la probabilité de chocs économiques et financiers", estime l'agence de notation..

L'investissement à crédit dans les infrastructures et l'immobilier a soutenu la croissance rapide de la Chine. Mais l'inquiétude est croissante quant au fait que ces années de crédit gratuit pourraient conduire à une crise financière aux implications mondiales.

Pékin a bloqué les prêts bancaires et les achats immobiliers, mais ces efforts sont compliqués par la détermination du gouvernement d'atteindre une croissance d'environ 6,5% en 2017. La Chine a connu en 2016 une croissance de 6,7%, la plus faible performance depuis 26 ans.

Signe positif, les sorties de capitaux ont "fortement chuté" depuis le début de cette année et le compte courant - une mesure clé de la santé de l'économie - reste excédentaire, mais, souligne Fitch des conditions monétaires plus strictes pourraient entraîner une croissance plus lente l'année prochaine, 5,9 %.