Coca Cola: des grèves bloquent des usines en France
14 February 2018
AFP
0 Commentaire
Partager

Coca Cola: des grèves bloquent des usines en France

Plusieurs usines de Coca Cola European Partners (CCEP) en France étaient bloquées mercredi par un mouvement de grève, alors qu'un plan social est en cours de négociation, a-t-on appris auprès de la direction et de l'avocat du comité central d'entreprise (CCE).

Plusieurs usines de Coca Cola European Partners (CCEP) en France étaient bloquées mercredi par un mouvement de grève, alors qu'un plan social est en cours de négociation, a-t-on appris auprès de la direction et de l'avocat du comité central d'entreprise (CCE).

CCEP France, qui emploie 2.600 personnes dans l'Hexagone, a annoncé à la mi-octobre son intention de supprimer 128 postes répartis dans ses cinq usines ainsi qu'au siège, sans licenciements.

"Grigny, Clamart et Marseille sont bloqués, Toulouse est à moitié bloqué", a déclaré à l'AFP Me Ralph Blindauer, avocat du CCE, selon lequel des salariés sont également en grève au siège, à Issy-les-Moulineaux.

"L'usine de Marseille est bloquée celle de Grigny ne l'est que partiellement, et il y a eu quelques débrayages à Toulouse" a pour sa part indiqué à l'AFP un porte-parole de la direction de CCEP France, ajoutant ne pas avoir d'informations sur l'usine de Clamart. L'usine de Dunkerque n'est pas touchée, selon cette source.

"Nous souhaitons minimiser au maximum les départs contraints. Nous avons déjà avancé sur les mesures sociales et l'emploi, et nous sommes toujours ouverts à la négociation", a indiqué le porte parole.

Le groupe a également mis en place un important volet formation, tant pour "favoriser la mobilité interne pour reclasser les salariés" que pour permettre "la mise en place d'équipes autonomes et davantage de polyvalence sur les postes", assure le porte-parole.

"L'employeur ne veut négocier que sur les mesures d'accompagnement du plan", a pour sa part indiqué Me Ralph Blindauer, selon qui trois organisations syndicales sur quatre (la CGT, la CFDT et la CFE-CGC qui forment l'intersyndicale) souhaitent d'abord négocier sur les emplois.

Ces organisations contestent le motif économique avancé par le groupe pour justifier son plan social et craignent que la réorganisation induite par ces suppressions de postes ne rende le travail "très difficile, à la limite du supportable", selon Me Blindauer.

Cette grève intervient alors que la procédure d'information et de consultation et les négociations doivent se clore théoriquement le 20 février, a indiqué l'avocat du CCE.

L'embouteilleur européen du géant américain Coca-Cola avait invoqué une "surcapacité" de son outil de production et le besoin d'optimiser ses coûts, affirmant, lors de l'annonce du plan social, que ses ventes en France avaient baissé depuis 2013.

Les cinq usines d'embouteillage concernées sont situées à Toulouse, Marseille, Grigny (Essonne), Clamart (Hauts-de-Seine) et Dunkerque (Nord) et produisent 90% des boissons consommées en France.

CCEP est un embouteilleur indépendant, dont le groupe américain Coca-Cola ne détient que 18%. Il emploie 24.500 personnes dans les pays européens où il est présent (Islande, Norvège, Suède, Pays-Bas, Belgique, Luxembourg, Allemagne, Grande-Bretagne, France, Espagne et Portugal).